LA NUIT DES MORTS-VIVANTS, film de George A. Romero

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des zombies terriblement humains

Contrairement à certains films d'horreur des années 1980, le film de Romero ne fait jamais appel au second degré ni à la connivence, au clin d'œil. Le film se fait le reflet des peurs de son époque : la guerre froide bien sûr, mais aussi l'inquiétude de ce que l'homme va rapporter de son séjour sur la Lune, prévu en 1969 (n'y aurait-il pas dans l'espace des substances dangereuses ?).

Un drapeau américain planté à l'entrée de la petite bourgade rurale où débute l'histoire suffit cependant à suggérer que le film est une parabole, non du monde ou du rapport entre les nations, mais des États-Unis. Parabole politique et raciale notamment : le Noir serait le seul personnage masculin positif du film, et c'est lui qui est abattu, non par des morts-vivants mais par d'autres hommes. L'interprétation est toutefois à nuancer : dans la maison se trouve un autre personnage de bonne volonté, Tommy, qui est un Blanc, et ce n'est pas en tant que Noir que Ben est abattu à la fin, seulement comme une forme qu'on voit vaguement bouger à l'intérieur de la maison. D'ailleurs, aucun des autres personnages ne fait allusion à sa couleur de peau.

En revanche, ce que le film montre très bien, c'est la permanence d'une culture de la justice locale expéditive, à en juger par la joie de la milice du comté à effectuer son travail de « ratissage » et d'extermination des morts-vivants, comme à tirer de loin sur des formes humaines en mouvement. Le film s'achève d'ailleurs par un bûcher de cadavres qui éveille d'horribles associations.

Le film s'attache à un tout petit noyau de personnages, mais les informations à la radio, puis sur le petit écran, lorsqu'un téléviseur est trouvé dans la maison, élargissent le phénomène à l'ensemble du pays. Curieusement, et de manière symbolique, aucune information n'est donnée quand à l'effet des radiations dans d'autres pays. D'autre part, les personnages en scène, sauf le jeune couple qui parle d'amour, sont entièrement dans le concret et dans l'immédiat, ce qui confère à l'histoire un caractère d'urgence et de réalité, alors qu'il [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Médias de l’article

La Nuit des morts-vivants, de George A. Romero, 1968, affiche

La Nuit des morts-vivants, de George A. Romero, 1968, affiche
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

La Nuit des morts-vivants, de G. Romero

La Nuit des morts-vivants, de G. Romero
Crédits : The Kobal Collection/ Aurimages

photographie




Écrit par :

  • : écrivain, compositeur, réalisateur, maître de conférences émérite à l'université de Paris-III

Classification


Autres références

«  LA NUIT DES MORTS-VIVANTS, George A. Romero  » est également traité dans :

FANTASTIQUE

  • Écrit par 
  • Roger CAILLOIS, 
  • Éric DUFOUR, 
  • Jean-Claude ROMER
  •  • 21 074 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les années 1970 : le film d’horreur »  : […] L’année 1968 est marquée par l’affaibissement de la censure, « avec l’adoption par la MPAA [Motion Picture Association of America] d’un système de cotes qui se substitue pratiquement au régime de l’auto-censure et au Code de la production en vigueur depuis les années 1930 » (P. Rouyer, Le Cinéma gore ). En conséquence, on voit apparaître un nouveau genre de cinéma fantastique, qu’on peut appeler […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fantastique/#i_38270

ROMERO GEORGE ANDREWS (1940-2017)

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 1 460 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Réinventer le film d’horreur »  : […] En 1967, Romero souhaite passer au long-métrage de fiction. Il crée alors la société Image Ten et se lance dans l'aventure avec des collègues et une importante figuration à laquelle ont pris part des citoyens de Pittsburgh. Pour son opera prima , La Nuit des morts-vivants , le cinéaste s'inspire du roman de Richard Matheson Je suis une légende (1954) , du cinéma direct qu'il a déjà mis en chanti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-andrews-romero/#i_38270

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel CHION, « LA NUIT DES MORTS-VIVANTS, film de George A. Romero », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-nuit-des-morts-vivants/