LA FORÊT DE FONTAINEBLEAU : UN ATELIER GRANDEUR NATURE (exposition)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le musée d'Orsay, en consacrant au printemps de 2007 une importante exposition à la forêt de Fontainebleau et l'art du xixe siècle, a apporté un élément important à l'histoire de la peinture de paysage. Non que l'on n'ait, depuis un siècle, compris l'importance du lieu dans le développement du genre, ne serait-ce que par le concept d'« école de Barbizon », certes postérieur et quelque peu réducteur, même s'il rend bien compte du phénomène. Mais on n'en avait peut-être pas mesuré toute l'ampleur chronologique et technique. C'est tout l'intérêt de la démarche de La Forêt de Fontainebleau : un atelier grandeur nature (musée d'Orsay, 6 mars-13 mai 2007) et de la synthèse tentée ici par sa commissaire, Chantal Georgel.

Si les années 1840-1870 étaient au cœur de l'exposition, celle-ci ne s'y résumait pas. C'est en effet une chronologie beaucoup plus large qui avait été à juste titre retenue, et qui allait de la fin du xviiie aux premières décennies du xxe siècle. Que ce soit pour Adam Frans Van der Meulen sous Louis XIV ou Jean-Baptiste Oudry sous Louis XV, la forêt existe d'abord, pour les peintres, au travers de la représentation des chasses royales. Elle va acquérir, autour de 1790, le statut d'un sujet autonome avec un peintre peu connu, Lazare Bruandet. Celui-ci est en effet le premier à venir y peindre « d'après nature », comme ses plus célèbres successeurs. Le mouvement se poursuit sous l'Empire et la Restauration, avec des peintres comme Jean-Joseph Xavier Bidauld, Antoine-Félix Boisselier, Xavier Leprince, Jacques Raymond Brascassat et surtout Camille Corot, en écho à ses séjours italiens : des paysagistes que l'on rattacherait plutôt au mouvement « classique » et traditionnel de la peinture de paysage, mais qui constituent plus qu'un prélude aux années de la monarchie de Juillet et du second Empire. Celles-ci voient l'apogée d'un motif devenu emblématique du paysage « naturel », dont les artistes dits bien plus tard « de Barbiz [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Pour citer l’article

Barthélémy JOBERT, « LA FORÊT DE FONTAINEBLEAU : UN ATELIER GRANDEUR NATURE (exposition) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-foret-de-fontainebleau-un-atelier-grandeur-nature/