LA CURÉE, Émile ZolaFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chasseurs et proies

Dans cette optique, le dérèglement des sens et la dissolution des valeurs qu'induit l'obéissance aveugle aux pulsions ne sont pas seulement immoraux, ils sont aussi puissamment mortifères, comme l'annonce le titre du roman. Dans son sens premier, la « curée » désigne « la portion de la bête tuée que l'on donne aux chiens de chasse ». Cette sauvage voracité – mangeur et mangé confondus dans une même animalisation – est au cœur de la mythologie zolienne, obsédée par la métaphore du monstre engloutissant ses proies, du Voreux de Germinal à la Lison de La Bête humaine. Pareillement, le motif de la ruée collective et quasi orgiaque vers les plaisirs se retrouvera, entre autres, dans Le Ventre de Paris ou Au bonheur des dames.

La première dépouille livrée aux chiens sera celle de Renée, ironique « nouvelle Phèdre » qui paiera de sa raison et de sa vie moins sa faute que son assimilation à un monde de parvenus sans foi ni loi qui, à l'origine, n'était pas le sien. Que ce symbole soit féminin n'est pas anodin. Il y aurait beaucoup à dire sur le regard profondément ambivalent que porte Zola sur la femme, objet de tous les fantasmes, à la fois modèle et repoussoir, innocente et coupable, sainte et sorcière... Comme si en elle, c'est-à-dire, littéralement, dans son corps – ce corps contemplé avec autant de fascination que de répulsion – se cristallisaient tous les maux de la société, et peut-être, au-delà, toute la folie humaine.

Sur de nombreux points, une autre grande victime vient se superposer à Renée : même féminisation, même imaginaire, même ambivalence... C'est Paris, ville martyre démembrée par les démolisseurs, les promoteurs et les financiers, sur laquelle Saccard s'abat « avec ce flair des oiseaux de proie qui sentent de loin les champs de bataille ». Aux yeux de Zola, les travaux entrepris par Haussmann ne signifient nullement progrès, modernisation, assainissement et rationalisation, mais massacre et dépeçage en règle. Il n'empêche : dès son arrivée, avant d'y voir une source d'enrichissement, Aristid [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LA CURÉE, Émile Zola  » est également traité dans :

ZOLA ÉMILE

  • Écrit par 
  • Henri MITTERAND
  •  • 3 093 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Thèmes, symboles et mythes zoliens »  : […] En dépit de l'austérité des thèses sur le naturalisme, le roman zolien révèle des images intérieures et des obsessions qui l'apparentent à tous les grands courants d'inspiration surgis du romantisme, et qui conduiront jusqu'au surréalisme. On est très éloigné d'avoir exploré la totalité de cette thématique. Thèmes de la nature : le paysage est souvent plus expressionniste qu'impressionniste chez Z […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guy BELZANE, « LA CURÉE, Émile Zola - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/la-curee/