L'ÂGE D'HOMME, Michel LeirisFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un autoportrait sans concession

Dans les premières pages de L'Âge d'homme, Michel Leiris brosse un portrait sans concession de lui-même à cet âge de trente-quatre ans qu'il atteint en achevant son livre. Il se situe au présent : « Mes yeux sont bruns, avec le bord des paupières habituellement enflammé ; mon teint est coloré ; j'ai honte d'une fâcheuse tendance aux rougeurs et à la peau luisante. Mes mains sont maigres, assez velues, avec des veines très dessinées ; mes deux majeurs, incurvés vers le bout, doivent dénoter quelque chose d'assez faible ou d'assez fuyant dans mon caractère. » Les circonstances qui jalonnent cette quête du passé sont aussi importantes que les réminiscences elles-mêmes. Le livre se construit dans une perpétuelle confrontation entre les souvenirs et leurs multiples associations et résonances dont l'autobiographe suit scrupuleusement les moindres détours jusqu'à la description minutieuse des plus petits détails des images d'Épinal, des scènes théâtrales ou liées à l'opéra, des allégories et des mythes qui nourrissent la mémoire.

Les phrases longues et complexes sont entrecoupées d'incises et mêlent parfois plusieurs temps : le passé, le présent et même des projections dans l'avenir. L'auteur prend de temps à autre le lecteur à témoin ou interrompt son récit pour faire part de ses difficultés : « À mesure que j'écris, le plan que je m'étais tracé m'échappe et l'on dirait que plus je regarde en moi-même plus tout ce que je vois devient confus, les thèmes que j'avais cru primitivement distinguer se révélant inconsistants et arbitraires, comme si ce classement n'était en fin de compte qu'une sorte de guide-âne abstrait, voir un simple procédé de composition esthétique ».

L'auteur manifeste une particulière obstination à établir des relations entre les fiches qui regroupent par thèmes les souvenirs significatifs, comme autant de chapitres, sans renoncer pour autant à démonter les mécanismes complexes qui le conduisent à devenir le « jouet des événements ». Il suit un parcours chronologique, de la peti [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  L'ÂGE D'HOMME, Michel Leiris  » est également traité dans :

AUTOBIOGRAPHIE, notion d'

  • Écrit par 
  • Alain BRUNN
  •  • 1 446 mots

Auto-bio-graphie : écriture de sa propre vie, écriture par soi de sa vie. Le terme est double : au sens large, est autobiographique toute écriture intime ; au sens étroit, l'autobiographie, distincte des Mémoires, du journal intime ou de l'autoportrait, est un genre parmi d'autres de l'écriture personnelle. Mais ce dernier a connu un succès immense, qui l'a conduit à annexer toute expression supp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autobiographie-notion-d/#i_23987

LEIRIS MICHEL (1901-1990)

  • Écrit par 
  • Gilles QUINSAT
  •  • 2 910 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des genres à l'autobiographie »  : […] À considérer l'œuvre, une chose frappe d'entrée : la pluralité des genres. Qu'il s'agisse de la poésie ( Simulacre , 1925, Haut Mal , 1943), du roman ( Aurora ), des essais artistiques ou ethnographiques ( Miroir de la tauromachie , 1938), on note une diversité extrême de l'écriture. Comme si les genres littéraires contraignaient l'auteur à ne se présenter que scindé, et débouchaient naturellement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-leiris/#i_23987

Voir aussi

Pour citer l’article

Aliette ARMEL, « L'ÂGE D'HOMME, Michel Leiris - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-age-d-homme/