Kol Nidre, CHANT SYNAGOGAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Forme

À la fin du Ve siècle après J.-C., les massorètes (docteurs juifs) élaborent un système de notation, les te'amîm ("accents"), répondant aux exigences de leurs chants psalmodiques. Plus précisément, ces te'amîm sont des formules mnémotechniques appropriées aux accents de la cantilation biblique, qui se chante sur des modes traditionnels. Parallèlement à la transmission orale qui l'a perpétué, le répertoire du chant synagogal s'est, dès le XVIe siècle, enrichi de l'apport de compositeurs.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : compositeur, critique, musicologue, producteur de radio

Pour citer l’article

Alain FÉRON, « Kol Nidre, CHANT SYNAGOGAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kol-nidre-chant-synagogal/