Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

KAWAMATA TADASHI (1953- )

Artiste japonais, installé en France depuis les années 1990, professeur à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, Kawamata Tadashi détermine la nature de ses projets artistiques à partir des relations humaines (de ce point de vue, son œuvre préfigure l’Esthétique relationnelle théorisée par Nicolas Bourriaud en 1998) et d’une réelle empathie pour le contexte, l’histoire et les enjeux des lieux et de l’urbanisme.

Depuis son intervention à la biennale de Venise (1982), dans ses sculptures aux matériaux pauvres ou organiques (le bois), la notion de déplacement, qu'elle soit symbolique ou physique, est fondamentale.

Une œuvre participative

Élevé dans un milieu paysan qui appartient encore au Japon traditionnel, formé à l'Université nationale de Tōkyō, Kawamata Tadashi (né en 1953 sur l’île d’Hokkaido) commence sa carrière d'artiste comme peintre. Très vite, il sépare le châssis de la toile pour le métamorphoser en sculpture et le replacer/déplacer dans des appartements privés de Tōkyō (Takara House Room 205, 1982).

La philosophie française et notamment les ouvrages de Michel Foucault, Jean-Paul Sartre et Maurice Merleau-Ponty nourrissent sa pensée. Ses œuvres sont avant tout des actions, des protocoles et des processus qui trouvent ensuite une expression pérenne ou éphémère, mais dont l'ambition première est de provoquer des expériences et des prises de conscience collectives. Ainsi, les œuvres en bois de Kawamata Tadashi, souvent monumentales et destinées à l'espace public, comme une passerelle (Sur la voie, Evreux, 2000 ; Footpath, Evento, Bordeaux, 2009), une tour (Tōkyō in progress, 2011) ou un promontoire (Les Rives de Saône, Lyon, 2013) offrent des expériences que le public peut immédiatement s'approprier et partager.

Pour l'artiste, les interventions dans l'espace public relèvent souvent d'un travail d'équipe où les idées et les énergies sont mutualisées au service d'un projet commun. Kawamata Tadashi préfère accueillir les idées et les propositions des étudiants et parfois même des usagers dans le cadre d’ateliers, plutôt que d'imposer sa vision personnelle.

Kawamata Tadashi aime aussi à réaliser des micro-architectures, qui s'inspirent des abris précaires et « illégitimes » (depuis 1984, Field Work en carton), ainsi que des architectures animales et végétales comme la série des Nids, perchés dans les arbres des grandes capitales (New York, Berlin, Bâle) et, à Paris en 2010, sur la façade du Centre Georges-Pompidou, puis en 2013 sur la place Vendôme. Ces abris perchés, ainsi que les cabanes en carton, illustrent l'intérêt de l'artiste pour les architectures fragiles, animales et végétales que notre civilisation industrielle ignore, alors qu'elles ont su résister à toutes les catastrophes et les destructions depuis que l'humanité existe. Comme s'il voulait insister sur la nécessité de réconcilier architecture et improvisation, architecture et précarité, architecture et autoconstruction.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : conservateur du Patrimoine, inspectrice de la création artistique, direction générale des créations, ministère de la Culture et de la communication

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • JAPON (Arts et culture) - Les arts

    • Écrit par François BERTHIER, François CHASLIN, Universalis, Nicolas FIÉVÉ, Anne GOSSOT, Chantal KOZYREFF, Hervé LE GOFF, Françoise LEVAILLANT, Daisy LION-GOLDSCHMIDT, Shiori NAKAMA, Madeleine PAUL-DAVID
    • 56 170 mots
    • 35 médias
    ...l'espace. Art majeur des années 1990, l'installation inspire à Naitō Rei (née en 1961) des espaces poétiques propices au recueillement intérieur, et à Kawamata Tadashi (né en 1953), des dispositifs provisoires qui parasitent façades et intérieurs de bâtiments pour accentuer leur présence dans l'environnement...
  • SCULPTURE CONTEMPORAINE

    • Écrit par Paul-Louis RINUY
    • 8 011 mots
    • 4 médias
    ...l’environnement, toujours valorisé, conduit enfin certains sculpteurs à devenir principalement des architectes, des constructeurs de leurs propres œuvres. Tadashi Kawamata se saisit des éléments à disposition pour créer des sculptures architecturales in situ dans le monde entier, comme Collective folie...

Voir aussi