GUTZKOW KARL (1811-1878)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'un des chefs de file de la Jeune-Allemagne — « école » littéraire qui n'a jamais vraiment existé, mais qui a servi d'étiquette pour justifier la répression qui s'est abattue en 1835 sur les écrivains et journalistes libéraux. Polémiste remarquable, influencé par Goethe, par Saint-Simon et par les utopistes, Gutzkow a édité un important journal de Hambourg entre 1838 et 1848 : Telegraph für Deutschland, feuille à laquelle Engels collabora sur son invitation. À son idéal libéral, Gutzkow restera fidèle jusqu'à sa mort, contrairement à beaucoup d'autres journalistes et écrivains de la même époque.

Le dramaturge et l'écrivain sont aujourd'hui presque oubliés. Mais les œuvres de Gutzkow intéressent encore les historiens des idées et des lettres. En 1835, il s'attaque, dans son roman Wally en proie au doute (Wally die Zweiflerin), au problème de l'émancipation sexuelle. Il le paiera de quatre mois de prison. Avec Les Chevaliers de l'Esprit (Die Ritter vom Geist, 1850-1851), un monumental roman en neuf tomes, Gutzkow, à la manière d'Eugène Sue, dresse un vaste panorama de la société berlinoise en 1849. Il crée là un genre nouveau : le roman synchronique. Huit années avant Tourgueniev (Pères et Fils, 1861), dans sa nouvelle Die Nihilisten, il crée le type même du héros antiromantique. La tragédie Uriel Acosta (1847) décrit la lutte vaine d'un rabbin épris de vérité contre les dogmatiques. La comédie Le Modèle du Tartuffe (Urbild des Tartuffe, 1847) est une charge remarquable contre une morale hypocrite. La comédie Perruques à queue et épée (Zopf und Schwert, 1843) a longtemps appartenu au répertoire du théâtre allemand. Gutzkow est de ces écrivains dont l'influence a été plus importante en son temps que celle d'auteurs plus connus aujourd'hui. Il a eu, entre autres, l'immense mérite de découvrir et de soutenir Georg Büchner.

—  Marie-Claude DESHAYES

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GUTZKOW KARL (1811-1878)  » est également traité dans :

BÜCHNER GEORG (1813-1837)

  • Écrit par 
  • Philippe IVERNEL
  •  • 2 263 mots

Dans le chapitre « Büchner l'obscur »  : […] Georg Büchner a vécu obscurément en compagnie d'amis obscurs, étudiants en médecine ou en théologie, obligés comme lui de fuir la police pour leurs convictions libérales. Sa correspondance avec Gutzkow, la seule personnalité connue qui ait été à même d'apprécier son œuvre, ne suffit pas à le ranger aux côtés de la Jeune-Allemagne. Néanmoins, il pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-buchner/#i_2619

Pour citer l’article

Marie-Claude DESHAYES, « GUTZKOW KARL - (1811-1878) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-gutzkow/