KANTŌ ou KWANTŌ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Situé sur l'île de Honshū, limitrophe du Tōhoku au nord et du Chūbu à l’ouest, le Kantō est à la fois une région densément aménagée de 32 423 kilomètres carrés et une plaine côtière plus réduite mais très urbanisée abritant Tōkyō, la capitale du Japon. En tant que région, le Kantō, correspondant à la shutoken (pour « région capitale »), se compose de sept départements : Chiba, Gunma, Ibaraki, Kanagawa, Saitama, Tochigi, Tōkyō. L'ensemble regroupait 43 millions d'habitants en 2015, ce qui en fait la région la plus peuplée du Japon.

Japon : carte administrative

Japon : carte administrative

Carte

Carte administrative du Japon. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Si les régions japonaises ne sont pas des collectivités territoriales clairement instituées, au contraire des régions françaises, le Kantō jouit d'un statut à part du fait de son importance stratégique et politique pour le pays. La région a fait l'objet de nombreux plans d'aménagement régionaux, en particulier en temps de crise ou de guerre, comme ce fut le cas en 1936 avec le « Plan du territoire national pour le Kantō » (Kantō kokudo keikaku) qui réorganise son territoire en prévision du conflit mondial à venir, en particulier en ce qui concerne la répartition de ses industries.

Historiquement, le Kantō est une terre périphérique durant toute la période médiévale précédant l'instauration du premier bakufu (gouvernement militaire du shōgunat) au début de l'ère de Kamakura (1185-1333). Jusqu'à cette période, le centre politique et culturel du Japon se trouvait dans l'actuel Kansai (Kinki), entre Heiankyō (ancienne Kyōto) et Nara, autour de la cour impériale. À la fin du xiie siècle, Minamoto no Yoritomo, nommé shōgun à la suite de l'affaiblissement du pouvoir impérial, décide de fonder, en 1192, une nouvelle capitale civile, aux marges du centre politique et éloignée de Heiankyō. Il choisit Kamakura, simple bourgade du Kantō. Le rétablissement du pouvoir de l'empereur en 1333 ramène le centre politique du pays vers le Kansai, mais le Kantō conserve une certaine importance dans le pays.

Au xvie siècle, le Kantō retrouv [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  KANTO ou KWANTO  » est également traité dans :

CHŪBU

  • Écrit par 
  • Raphaël LANGUILLON-AUSSEL
  •  • 721 mots
  •  • 1 média

Encadrée au nord par le Kantō et au sud par le Kansai, le Chūbu, signifiant littéralement « partie centrale », est une région localisée au centre de Honshū, la principale île du Japon . D'une superficie de 72 572 kilomètres carrés et peuplée de 21,46 millions d’habitants en 2015, elle regroupe neuf départements : quatre sur le littoral nord-ouest, bordés par la mer du Japon (Fukui, Ishikawa et Toy […] Lire la suite

CHŪGOKU

  • Écrit par 
  • Raphaël LANGUILLON-AUSSEL
  •  • 834 mots
  •  • 1 média

Situé à l'extrémité sud-ouest de l'île de Honshū, à proximité de Kyūshū qui s'étend de l'autre côté du détroit de Kanmon (dit aussi de Shimonoseki), le Chūgoku est composé de cinq départements qui forment une région de 31 922 kilomètres carrés où vivent 7 438 037 habitants (2015). Signifiant « pays du milieu », le nom de la région ne doit pas être confondu avec celui de la Chine, qui s'écrit et s […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 13 244 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Un archipel montagneux »  : […] Outre la disposition allongée de ses îles, l'archipel japonais est caractérisé par un relief accidenté, tourmenté, et par une topographie morcelée, extrêmement découpée. Ces facteurs physiques ont rendu cruciales les voies de communication. Ajoutés à une érosion intense ainsi qu'aux aléas naturels dont il faut se protéger, ils ont historiquement justifié des aménagements nombreux, et de plus en pl […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 060 mots
  •  • 48 médias

Dans l'histoire de l'Asie, le Japon occupe une place particulière du fait de son insularité. On l'a souvent comparée à celle de l'Angleterre dans l'histoire de l'Europe. Mais cette similitude géographique ne doit pas masquer les dissemblances qui, de fait, ont donné au Japon l'élément essentiel de son originalité et le caractère spécifique de son évolution historique. L'Angleterre, face à l'Europe […] Lire la suite

KANSAI ou KINKI

  • Écrit par 
  • Raphaël LANGUILLON-AUSSEL
  •  • 1 021 mots
  •  • 1 média

Grande rivale culturelle du Kantō, le Kansai, aussi appelé parfois Kinki ou Kinai, est une région située au centre de l'île japonaise de Honshū . D'une superficie de 33 108 kilomètres carrés, elle est composée de sept départements (Kyōto, Osaka, Hyōgo, Nara, Shiga, Wakayama et Mie). Elle abritait en outre en 2015 plus de 22,7 millions d'habitants, essentiellement concentrés dans des plaines litto […] Lire la suite

YOKOHAMA

  • Écrit par 
  • Raphaël LANGUILLON-AUSSEL
  •  • 1 139 mots
  •  • 3 médias

Située dans la région du Kantō et chef-lieu du département de Kanagawa, Yokohama, avec 3,725 millions d'habitants (2015), est la deuxième ville du Japon. Prise dans l'aire métropolitaine de Tōkyō, dont elle est distante d'une trentaine de kilomètres, elle forme, avec la capitale et d'autres grandes villes comme Chiba à l'est, une immense conurbation de 33 millions d'habitants. Yokohama est, depuis […] Lire la suite

Pour citer l’article

Raphaël LANGUILLON-AUSSEL, « KANTŌ ou KWANTŌ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kanto-kwanto/