ARGÜEDAS ALCIDES (1879-1946)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après des études de sociologie à Paris, Argüedas entreprit une carrière de diplomate en Europe et en Amérique du Sud. Il fut un des leaders du Parti libéral de Bolivie, et devint ministre de l'Agriculture en 1940. Connu pour des études sociologiques comme Peuple malade (Pueblo enfermo, 1909) et pour son Historia general de Bolivia (1922). Argüedas doit son renom à ses romans, dont les protagonistes sont les Indiens, en particulier à Race de bronze (Raza de bronce, 1919), relation épique des pérégrinations d'un groupe d'Indiens boliviens, aboutissant à leur extermination par les hommes blancs. Ses préoccupations et sa technique romanesque font de lui un précurseur du roman indigéniste.

—  Alain LABROUSSE

Écrit par :

  • : retraité de l'Éducation nationale, expert dans le domaine de la géopolitique des drogues

Classification


Autres références

«  ARGÜEDAS ALCIDES (1879-1946)  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 290 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le roman et le triomphe de l'indigénisme »  : […] Le fait le plus marquant de la même période, c'est l'importance croissante prise par la littérature romanesque, et notamment l'essor du roman social et indigéniste. De plus en plus rares sont les romanciers uniquement soucieux de faire œuvre d'art. À cette catégorie appartiennent encore Enrique Larreta (Argentine), auteur de La Gloria de Don Ramiro (1908), remarquable roman historique évoquant la […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain LABROUSSE, « ARGÜEDAS ALCIDES - (1879-1946) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alcides-arguedas/