ICAZA JORGE (1906-1978)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Romancier équatorien, Jorge Icaza fut, avec Alcides Argüedas, Ciro Alegría et Miguel Ángel Asturias, l'une des plus illustres figures de l'indigénisme littéraire en Amérique du Sud. Né à Quito, Jorge Icaza, après des études secondaires, veut devenir médecin. La mort de ses parents, deux ans plus tard, lui interdit de réaliser ce projet. Il entre au cours de déclamation du Conservatoire de musique, puis il est engagé par la Compagnie dramatique nationale. C'est alors qu'il connaît sa future épouse, Marina Moncayo, vedette de la troupe. Il se met à écrire des pièces de théâtre qui obtiennent un certain succès (El Intruso, 1928 ; La Comedia sin nombre, 1929 ; Por el viejo, 1929). L'exploitation des misérables, les conflits raciaux, la dureté impitoyable de la lutte pour la vie des classes opprimées, tels sont ses premiers thèmes ; on les retrouve encore dans les quatre autres pièces qui complètent son répertoire (Cuàl es ?, 1931 ; Como ellos quieren, 1931 ; Sin sentido, 1932 ; El Flagelo, 1940).

Un recueil de nouvelles, Barro de la Sierra (1933) inaugure une vaste fresque de la vie des Indiens. Le paysage est stylisé en quelques touches brutales, les personnages déformés comme d'âpres caricatures. La soif, l'exode, la prison, l'enfer de la maladie et de la pauvreté, l'épuisement et la mort, voilà quelques motifs de ces scènes atroces, où la civilisation de l'homme blanc fait concurrence à la nature hostile pour détruire les faibles. Obscurément se fait jour pourtant le pressentiment d'une union possible des travailleurs venant au secours d'une race à l'agonie qui, selon l'expression de l'auteur, « s'est diluée » dans les classes sociales. Publié en 1934, Huasipungo est le chef-d'œuvre de Jorge Icaza. Traduit en plus de quatorze langues, ce roman connaît un succès retentissant et consacre la renommée de l'écrivain. Le récit met en scène un groupe d'Indiens obligés de construire, à travers la forêt, une route au profit d'une [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española

Classification


Autres références

«  ICAZA JORGE (1906-1978)  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 290 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le roman et le triomphe de l'indigénisme »  : […] Le fait le plus marquant de la même période, c'est l'importance croissante prise par la littérature romanesque, et notamment l'essor du roman social et indigéniste. De plus en plus rares sont les romanciers uniquement soucieux de faire œuvre d'art. À cette catégorie appartiennent encore Enrique Larreta (Argentine), auteur de La Gloria de Don Ramiro (1908), remarquable roman h […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-latine-litterature-hispano-americaine/#i_6567

Pour citer l’article

Bernard SESÉ, « ICAZA JORGE - (1906-1978) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jorge-icaza/