SAER JUAN JOSÉ (1937-2005)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Juan José Saer est né en 1937 à Serodino, dans la province de Santa Fe (Argentine), qui sert de cadre à beaucoup de ses fictions. Après avoir enseigné l'histoire et l'esthétique du cinéma à l'université du Littoral à Santa Fe, il s'établit en France en 1968. Il est aujourd'hui l'auteur d'une œuvre novatrice et diversifiée, couvrant un vaste registre thématique mais d'une cohérence stylistique absolument remarquable, forte de dix romans, de quatre recueils de nouvelles, d'un livre de poèmes et de plusieurs essais dont El río sin orillas (1991, Le Fleuve sans rives), un ouvrage sur le Río de la Plata. Présenté par Saer comme un traité imaginaire, ce livre, dédié à ses parents d'origine syrienne, n'est ni un reportage ni une autobiographie (bien que le vécu de l'auteur soit souvent pris comme référence), mais un « hybride sans genre défini ». Saer y revient sur des situations et des comportements dont on retrouve l'écho dans son œuvre de fiction : la création chaotique de Buenos Aires, l'exil (« un nouvel avatar du principe de réalité »), la vision de l'Argentine par les étrangers (Caillois et Gombrowicz, entre autres), les écrivains admirés (Borges, Joyce, Proust, mais aussi le poète de Santa Fe Juan L. Ortiz), la « barbarie », le « ténébreux guignol de l'Histoire », l'emprise morale et culturelle des classes moyennes, le « paysage postindustriel » et, par-dessus tout, la littérature. Juan José Saer invite son lecteur à « méditer sur les ressorts fantasmatiques de toute écriture, y compris celle qui naît de la totale adhésion aux privilèges de l'empirique » et rappelle que pour lui « le but de l'art n'est pas de représenter l'Autre mais le Même ».

Au-delà de clivages chronologiques plus ou moins arbitraires, Juan José Saer, suivant en l'occurrence son maître Jorge Luis Borges, souligne l'impossibilité de saisir un réel, « suffisamment trompeur – note un des personnages de Lo imborrable (1993, L'Ineffaçable) – pour qu'on perçoive, presque à chaque fois, le contraire de ce qui se [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  SAER JUAN JOSÉ (1937-2005)  » est également traité dans :

L'ANNIVERSAIRE, Juan José Saer - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claude FELL
  •  • 860 mots

Publié en 1986, L'Anniversaire (Glosa) est certainement le roman le plus ambitieux de l'Argentin Juan José Saer (1937-2005), par sa construction complexe, le statut ambigu de son narrateur, la douloureuse réflexion sur l'histoire nationale et l'instabilité de son discours. On y retrouve des personnages, des lieu […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 290 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le roman »  : […] La vogue du récit ne s'amoindrit pas, le roman reste largement servi par le choix des éditeurs en France, laissant aussi une plus grande place au roman court et à la nouvelle, si fréquemment cultivés en Amérique de langue espagnole. Les grandes figures des années 1970-1980 conservent leur suprématie. Gabriel García Márquez, après avoir fait une incursion dans la Carthagène des Indes du xviii e  s […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude FELL, « SAER JUAN JOSÉ - (1937-2005) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-jose-saer/