VENDÉMIAIRE AN IV JOURNÉE DU 13 (1795)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après avoir rédigé la Constitution dite de l'an III, la Convention aurait dû se séparer et laisser la place aux nouveaux députés. Inquiète de la poussée royaliste qui risque de se traduire par des élections trop réactionnaires, elle décide par le décret du 22 août 1795 que, pour assurer la transition et éviter l'erreur qu'avaient commise les membres de l'Assemblée constituante en se déclarant inéligibles, les deux tiers des premiers membres du conseil des Anciens et du conseil des Cinq-Cents, seraient choisis parmi les conventionnels sortants. Ce décret, précisé par celui du 30 août, ruine les espoirs des royalistes constitutionnels de la tendance de Montesquiou, auxquels on accordait de grandes chances aux prochaines élections. À la faveur d'une certaine indignation de l'opinion qui interprète le décret des deux tiers comme un moyen pour les conventionnels de se maintenir au pouvoir, les partisans d'une restauration monarchique envisagent une insurrection qui partira cette fois des sections modérées de la capitale. C'est la journée du 13 vendémiaire (5 oct. 1795). La section Le Peletier, avec l'appui de journalistes (Fiévée, Lacretelle) et d'écrivains (La Harpe, Marmontel), parvient à entraîner les sections du centre et de l'ouest de Paris, où les royalistes sont devenus majoritaires à la faveur de la réaction thermidorienne, soit au total près de 20 000 hommes. Pour se défendre, la Convention donne les pleins pouvoirs à une commission extraordinaire de cinq membres. Barras, que son énergie lors du 9-Thermidor a signalé à l'attention de la Convention, organise la résistance et prend pour adjoint un général d'artillerie en disponibilité, Bonaparte, qui a donné des gages de républicanisme au siège de Toulon. Celui-ci dispose de 4 000 hommes auxquels s'ajoutent des sans-culottes réarmés pour la circonstance. Il fait saisir les canons du camp des Sablons à Neuilly par les cavaliers de Murat et mitraille devant l'église Saint-Roch les forces royalistes commandées par Danican. La répression frappe durement les insurgés, élargissant le fossé entre thermidoriens et royalistes. Quelques semaines plus tard, la Convention se sépare aux cris de « Vive la République ! » À l'issue de l'écrasement de l'insurrection, le commandement en chef de l'armée de l'intérieur est confié à Bonaparte. Du 13 vendémiaire date sa fortune politique, et les royalistes l'appelleront longtemps le général Vendémiaire.

—  Jean TULARD

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  VENDÉMIAIRE AN IV JOURNÉE DU 13 (1795)  » est également traité dans :

DIRECTOIRE

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 4 527 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un royalisme équivoque »  : […] Catholicisme, royalisme : l'équivoque subsiste chez beaucoup d'ecclésiastiques. Mais chez les fidèles ? L'existence d'un courant royaliste en France n'est pas niable (il n'avait jamais cessé depuis 1792) : la reprise de la chouannerie dans l'Ouest en 1795-1796, l'insurrection parisienne du 13  vendémiaire an IV (5 octobre 1795), les élections aux Conseils du nouveau régime sont là pour le prouver. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/directoire/#i_17355

NAPOLÉON Ier BONAPARTE (1769-1821) empereur des Français (1804-1814 et 1815)

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT
  • , Universalis
  •  • 8 302 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Le Directoire »  : […] La Constitution soumise à référendum par la Convention, en octobre 1795, était assortie de décrets stipulant la réélection des deux tiers de l'Assemblée actuelle. Pour prévenir de telles mesures, les royalistes fomentèrent une révolte à Paris. La Convention donna des pouvoirs dictatoriaux à Paul Barras qui, ne voulant pas s'appuyer sur le commandant des troupes de l'Intérieur, nomma Bonaparte com […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/napoleon-ier-bonaparte/#i_17355

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La stabilisation impossible (mai 1795-février 1796) »  : […] Alors que le pays est gagné par un royalisme diffus, les partisans de la monarchie sont paradoxalement renforcés par l'annonce de la mort en prison du jeune Louis XVII, le 8 juin 1795. Le comte de Provence devient Louis XVIII, et surtout les émigrés obtiennent de représenter légitimement la monarchie française, ce qu'ils n'avaient pas pu réussir jusque-là. Cependant, Louis XVIII met aussitôt son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_17355

Pour citer l’article

Jean TULARD, « VENDÉMIAIRE AN IV JOURNÉE DU 13 (1795) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/journee-du-13-vendemiaire-an-iv/