CAVENTOU JOSEPH BIENAIMÉ (1795-1877)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pharmacien et chimiste français né à Saint-Omer et mort à Paris. Fils de pharmacien, Joseph Bienaimé Caventou commence son apprentissage avec son père, puis se forme à Paris, où il suit en même temps les cours de l'École de pharmacie et de la faculté des sciences. Interne en pharmacie en 1816, il est affecté à l'hôpital Saint-Antoine ; il y dispose d'un laboratoire bien équipé où il peut mener ses recherches. À partir de 1826, Caventou, qui a été élu à l'Académie de médecine en 1821, fait partie du corps enseignant de l'École supérieure de pharmacie ; nommé en 1830 maître de conférences de chimie, puis en 1834 professeur titulaire de toxicologie, il va occuper ce dernier poste jusqu'à sa retraite en 1859, tout en dirigeant une officine pharmaceutique à Paris.

La collaboration de Caventou avec Pierre Joseph Pelletier (1788-1842), également pharmacien et chimiste, va conduire en quelques années à des résultats spectaculaires : ensemble, ils vont isoler un certain nombre d'« alcalis végétaux », que l'on nommera bientôt « alcaloïdes », et qui sont des substances azotées basiques dotées de très puissantes propriétés pharmacodynamiques. En 1818, Caventou et Pelletier isolent la strychnine de la fève de Saint-Ignace et de la noix vomique ; en 1819, la brucine et la vératrine ; en 1820, ils obtiennent la cinchonine et la quinine à partir de l'écorce de quinquina et mettent au point un procédé de préparation du sulfate de quinine qui va très vite être de plus en plus demandé comme agent thérapeutique. En 1821, Caventou et Pelletier isolent la caféine.

—  Georges BRAM

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sud-XI-Orsay

Classification


Autres références

«  CAVENTOU JOSEPH BIENAIMÉ (1795-1877)  » est également traité dans :

ALCALOÏDES

  • Écrit par 
  • Jacques E. POISSON
  •  • 5 686 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] aussi dans la mesure où étaient ainsi mis en évidence les premiers « principes actifs » des plantes utilisées en médecine, ouvrant la voie à un emploi plus rationnel des médicaments. On ne peut passer ici sous silence le nom de deux pharmaciens français, P. J. Pelletier et J. B. Caventou, qui sont à l'origine de la découverte de la quinine en 1820 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alcaloides/#i_7625

PELLETIER PIERRE JOSEPH (1788-1842)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 237 mots

à l'École de pharmacie de Paris, qu'il dirigera à partir de 1832. Travaillant en collaboration avec le chimiste Joseph Bienaimé Caventou, il isole en 1817 la chlorophylle, pigment vert que contiennent les végétaux, essentiel à la photosynthèse. S'intéressant bientôt à un nouveau type de bases végétales appelées alcaloïdes, il identifie l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-joseph-pelletier/#i_7625

Pour citer l’article

Georges BRAM, « CAVENTOU JOSEPH BIENAIMÉ - (1795-1877) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-bienaime-caventou/