NADJ JOSEF (1957- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la danse aux arts plastiques

Josef Nadj se passionne également pour la sculpture, le dessin et la photographie. En novembre 1996, dans le prolongement des Commentaires d'Habacuc, il inaugure sa première exposition : Installations (Carré Saint-Vincent, Orléans). Celle-ci rassemble une série de sculptures sur le thème du temps, ouvrant une réflexion sur l'ensemble de son travail chorégraphique. En janvier 2000, il réitère l'expérience avec Miniatures : ses cinquante-deux dessins à l'encre de Chine, sortes d'esquisses semblables à un journal intime, sont inspirées, comme Les Philosophes, par l'œuvre de Bruno Schulz. En juin 2003, ce sont trente photographies qui sont montrées pour la première fois lors de la Nuit hongroise organisée par le Volcan, scène nationale du Havre. Depuis, celles-ci font l’objet de plusieurs expositions, notamment au festival d'Avignon (juillet 2010), à la biennale d'art visuel à Pančevo en Serbie (septembre-octobre 2010), ou encore au musée des Beaux-Arts d’Orléans (2013-2014). De même, les dessins de Josef Nadj, réunis dans une exposition intitulée Les Corbeaux, ont été présentés à Leipzig (Allemagne), dans la galerie Irrgang, dans le cadre du festival Euro-Scene (2008), au Théâtre d'Orléans (2009), au festival Paris-Quartier d'été (juillet 2009) et au festival Mimos de Périgueux (2014).

Les spectacles de Josef Nadj ont été distingués à de nombreuses reprises. Pour autant, le chorégraphe reste ce voyageur de l'instant, ce poète de l'imprévisible qui nous entraîne dans un labyrinthe énigmatique où se confondent les sens et la mémoire.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Agnès IZRINE, « NADJ JOSEF (1957- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/josef-nadj/