DUARTE JOSÉ NAPOLEÓN (1925-1990)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Président du Salvador de 1984 à 1989, José Napoléon Duarte est d'origine modeste. Acharné au travail, il va se former aux États-Unis grâce à une bourse et devient ingénieur des travaux publics.

Chez lui a grandi une vocation politique inspirée par la doctrine sociale de l'Église catholique. En 1960, il fonde le Parti démocrate-chrétien (P.D.C.) et incarne alors les aspirations au changement de la classe moyenne et des couches populaires, face au vieux parti dit de « conciliation nationale » lié à l'armée.

Celui que les petites gens appellent Napo conquiert la mairie de la capitale, San Salvador, en 1964, et exerce trois mandats consécutifs. Il engrange une belle popularité. En 1972, à la tête d'une coalition qui regroupe, aux côtés du P.D.C., le Mouvement nationaliste révolutionnaire (M.N.R.), social-démocrate, conduit par Guillermo Ungo et l'Union démocratique nationaliste (U.D.N.), proche du Parti communiste interdit, Napoléon Duarte remporte l'élection présidentielle.

Mais l'Union nationale d'opposition (U.N.O.) a beau avoir gagné, elle est frustrée de sa victoire par les militaires et le colonel Arturo Molina devient président.

Déposé, emprisonné, torturé, expulsé, Napoléon Duarte s'exile au Venezuela, où la puissante Démocratie chrétienne locale l'aide à devenir un industriel prospère, aux idées nettement plus conservatrices.

C'est en politicien orgueilleux, habité par toutes les ambitions, qu'il revient au Salvador, à la faveur du coup d'État du 15 octobre 1979 par lequel de jeunes officiers renversent le général-président Humberto Romero.

Le pays qu'il retrouvait était bien différent de celui qu'il avait quitté : des organisations populaires étaient nées, ardentes à mener les luttes revendicatives, tandis que s'exacerbaient les tensions locales et qu'apparaissaient divers mouvements de guérilla. Jusqu'à l'élection d'une Assemblée constituante en 1982, Napoléon Duarte est à la tête d'une [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DUARTE JOSÉ NAPOLEÓN (1925-1990)  » est également traité dans :

SALVADOR EL

  • Écrit par 
  • Noëlle DEMYK, 
  • David GARIBAY
  • , Universalis
  •  • 9 390 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La guerre civile »  : […] Le 10 janvier 1981, le F.M.L.N. lance son « offensive finale ». La guerre civile commence véritablement entre le gouvernement et la guérilla. Militairement, l'offensive est un échec, et l'insurrection générale espérée n'a pas lieu. Cependant, la guérilla réussit à se replier en bon ordre dans les départements frontaliers avec le Honduras, et certaines régions montagneuses, qui vont devenir ses zo […] Lire la suite

Les derniers événements

Salvador. Élection du candidat d'extrême droite Alfredo Cristiani à la présidence. 8-19 mars 1989

de la Démocratie chrétienne – parti du président sortant, José Napoléon Duarte, qui est atteint d'un cancer – obtient 36,03 p. 100 des voix, tandis que celui de la Convergence démocratique (gauche), auquel le F.M.L.N. avait apporté son soutien ambigu, n'arrive qu'en quatrième position, avec 3,88 p. 100 […] Lire la suite

Salvador. Majorité pour le parti démocrate-chrétien à l'Assemblée nationale. 31 mars 1985

, le 6 mai 1984, de José Napoléon Duarte à la présidence de la République, son parti, la Démocratie chrétienne, remporte un important succès : avec 54 p. 100 des voix, il obtient 32 des 60 sièges de l'Assemblée, contre 24 précédemment, ainsi que la majorité dans près de 200 des 262 municipalités […] Lire la suite

Salvador. Rencontre entre le président José Napoleón Duarte et la guérilla. 8-23 octobre 1984

Le 8, José Napoleón Duarte prononce un discours devant l'Assemblée générale des Nations unies : il propose aux dirigeants de la guérilla de le rencontrer, « seul » et « sans arme », dans la localité de La Palma (6 000 habitants), située à 80 kilomètres au nord de San Salvador dans une région […] Lire la suite

États-Unis – Salvador. Accord du Congrès pour une aide au Salvador. 9-24 mai 1984

été convaincus par José Napoléon Duarte, venu en visite à Washington immédiatement après son élection, le 6, à la présidence du Salvador. En revanche, la Chambre des représentants rejette, par 241 voix contre 177, les 21 millions de dollars d'aide supplémentaire que le président Reagan réclamait pour les mouvements de guérilla qui luttent contre le régime sandiniste du Nicaragua. […] Lire la suite

Salvador. Élection de José Napoleón Duarte à la présidence de la République. 6-25 mai 1984

Le 6, a lieu au Salvador le second tour de l'élection présidentielle. À la différence du premier tour, le 25 mars, aucun incident n'est à signaler et les Salvadoriens votent massivement. José Napoleón Duarte, le candidat de la Démocratie chrétienne, est proclamé élu le 11 : il obtient 53,6 p. 100 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise BARTHELEMY, « DUARTE JOSÉ NAPOLEÓN - (1925-1990) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jose-napoleon-duarte/