UTZON JØRN (1918-2008)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Opéra de Sydney

En 1957, Utzon est lauréat du concours international pour le nouvel Opéra de Sydney. La surprise est grande car, à trente-huit ans, il n'est guère connu, même s'il s'est signalé au Danemark et en Suède en remportant plusieurs consultations d'architecture et d'urbanisme, qui n'ont pas abouti. L'étude et la réalisation (entamée en 1959) de ce projet majeur vont l'occuper pendant dix années. Sans avoir visité Sydney, il donne au paysage de la ville et au programme du concours une réponse dont l'audace et la poésie tranchent avec les propositions des autres concurrents. Il veut ériger sur le promontoire de Bennelong, des éventails de coques blanches qui couvriraient, telles des voiles, deux salles de concert contenues dans un socle monumental en pierre, inspiré des plates-formes des architectures précolombiennes. Cette image, construite en dépit de multiples difficultés, est devenue l'emblème mondialement célèbre de la plus grande ville d'Australie.

Opéra de Sydney

Photographie : Opéra de Sydney

Photographie

La ville de Sydney, avec, au premier plan, la célèbre salle d'opéra réalisée par Jorn Utzon entre 1957 et 1973. 

Crédits : Dave Saunders/ Getty Images

Afficher

L'intention qui anime le projet pour l'Opéra s'inscrit dans un mouvement de retour à la forme propre à la génération d'Utzon. Les jeunes architectes réagissent contre le dessèchement du modernisme de leurs aînés et parient sur de nouvelles technologies – ici les coques minces en béton armé – pour incarner leur revendication d'une plus grande liberté plastique et favoriser l'émergence d'une nouvelle architecture. Pourtant, Utzon et ses ingénieurs sont vite confrontés à l'impossibilité de construire l'Opéra sans modifier le projet. Pendant que le socle émerge lentement du sol, l'agence londonienne de l'ingénieur Ove Arup (1895-1988) échoue à calculer la géométrie des toitures lyriques qui doivent le couronner. C'est finalement l'architecte qui trouve, en 1962, une solution inédite : il propose que les coquilles soient toutes prélevées sur une même sphère théorique, ce qui rend leurs surfaces homothétiques, les rationalise et permet une réalisation économique. Les membranes galbées en béton de faible épaisseur envisagées au départ deviennent des voûtes en ogive, un assemblage d'arches elles-mêmes décomposées e [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  UTZON JØRN (1918-2008)  » est également traité dans :

ARCHITECTURE CONTEMPORAINE - Une architecture plurielle

  • Écrit par 
  • Joseph ABRAM, 
  • Kenneth FRAMPTON, 
  • Jacques SAUTEREAU
  •  • 11 640 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le structuralisme »  : […] L'insistance du mouvement Tendenza sur la valeur critique du bloc urbain et de la rue, en particulier telle que l'expriment les écrits théoriques et les projets de Rossi, de Grassi et des frères Krier, trouve une sorte de parallèle dans l'œuvre et la pensée du mouvement structuraliste hollandais ; il groupe un petit nombre d'architectes autour de la figure charismatique d'Aldo Van Eyck, qui entre […] Lire la suite

SYDNEY

  • Écrit par 
  • Benoît ANTHEAUME, 
  • John Douglas PRINGLE
  • , Universalis
  •  • 1 287 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Configuration spatiale de la ville »  : […] Comme toutes les villes australiennes, Sydney possède un centre d'affaires (The City) , où se côtoient immeubles et monuments coloniaux préservés, anciens quartiers populaires et industriels embourgeoisés (The Rocks) et buildings d'affaires modernes, l'ensemble étant aéré de larges espaces verts. Les faubourgs adjacents et les banlieues pavillonnaires s'étirent sur des dizaines de kilomètres. Ces […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise FROMONOT, « UTZON JØRN - (1918-2008) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jorn-utzon/