GUILLÉN JORGE (1893-1984)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jorge Guillén fut l'un des représentants les plus illustres de la génération poétique espagnole des années 1920 qui, autour de Federico García Lorca, a groupé une pléiade de poètes parmi lesquels se détachent, outre Guillén, Pedro Salinas, Vicente Aleixandre, Luis Cernuda et Rafael Alberti.

Admirateur et ami de Paul Valéry, superbe traducteur du Cimetière marin, Guillén, à l'instar de l'auteur de Charmes, semble avoir recherché d'abord cette même quintessence de la sensation qui, délivrée du phénomène et de son mouvoir, se résout dans la clarté tout idéale de l'esprit.

Résolument hostile à une conception de l'œuvre qui laisserait l'inconscient lui dicter ses lois, Guillén n'acceptait pas davantage les sollicitations d'une poésie de l'intellect, toujours « trop pure » à ses yeux. C'est l'homme tout entier que les poèmes de Guillén, centrés autour du noyau original de Cántico, expriment dans son double destin de présence au monde et de déchirement. Guillén fut le poète des « heures situées » – limites, certes, mais limites heureuses pour la créature qui sait, à l'instar de ce poète de l'Affirmation, y reconnaître la vraie mesure humaine de l'Être.

Vers le livre unique

Né à Valladolid en 1893, Jorge Guillén s'oriente, après des études classiques poursuivies à Madrid, vers la carrière de professeur qu'il exercera en Espagne jusqu'en 1936, puis aux États-Unis, lorsque la guerre civile espagnole le contraint de s'expatrier. C'est en 1918, à Paris, où il occupait un poste de lecteur à la Sorbonne, que se déclare sa vocation poétique. En 1928, il publie à Madrid, sous le titre de Cántico (Cantique) un recueil de soixante-quinze poèmes. L'élaboration de Cántico va dès lors orienter l'activité poétique de Guillén durant plus de vingt années. Deux éditions successives (1936, 1945) viennent grossir le recueil primitif dont la première édition complète paraît en 1950 ; elle comporte désormais trois cent trente-quatre poèmes. Les proportions considérables du Cántico de 1950 n'ont en rien altéré le projet original, souvent énoncé par Guillén, de composer, à l'image des Fleurs du mal de Baudelaire et de Feuilles d'herbe de W. Whitman, un ouvrage où la construction architectonique la plus rigoureuse aille de pair avec la croissance organique du livre à travers le déroulement d'une existence. L'entreprise de Cántico menée à son terme, Guillén a ressenti la nécessité de lui donner non une suite adventice, mais un répons qui soit, selon ses propres termes, « un éclaircissement et un complément ». Ainsi ont vu le jour Maremagnum (Désordre) en 1957 ; ... Que van a dar a la mar (... Qui vont se perdre dans la mer) en 1960 ; A la altura de las circunstancias (À la hauteur des circonstances) en 1963, qui forment, en regard de Cántico, une seconde somme poétique, d'égale importance, intitulée Clamor (Clameur). En 1967, paraissait Homenaje (Hommage). Ces trois ensembles sont ensuite réunis sous un titre commun, Aire nuestro (Air nôtre), en un livre unique publié en 1968. Y otros poemas (1973) et Final (1981) parachèvent l'œuvre.

À travers la diversité des circonstances, des thèmes et des styles, la trilogie guillénienne retrouve l'unité initiale que, cinquante années auparavant, le poète s'était proposée comme but.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, maître assistant à l'université de Paris-IV, écrivain

Classification

Autres références

«  GUILLÉN JORGE (1893-1984)  » est également traité dans :

MIRÓ GABRIEL (1879-1930)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 561 mots

Les écrits de Miró prennent tous place en ce premier tiers du xx e siècle où, dans la prose espagnole, brillent quelques grands noms qui, un peu injustement, ont éclipsé le sien : ceux de Miguel de Unamuno, Azorín, Pío Baroja, Ramón del Valle-Inclán, auxquels il faudrait en ajouter bien d'autres. De cet orfèvre du langage Jorge Guillén donne un portrait admirable : « Un homme incomparable, Gabri […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude ESTEBAN, « GUILLÉN JORGE - (1893-1984) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jorge-guillen/