VALLE-INCLÁN RAMÓN DEL (1866-1936)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« L'art peut suivre deux voies : l'une est celle de l'architecture et de l'allusion, logarithmes de la littérature ; l'autre celle des réalités telles que les montre le monde. On dit que c'est ainsi que Vélasquez peignit ses chefs-d'œuvre... » Ces deux voies qu'il indique lui-même, Valle-Inclán les suivit tour à tour. Sa première manière, marquée par la mélodie des rythmes, l'éclat des images, l'exaltation et le raffinement des sensations, en fait, auprès de Rubén Darío et de Juan Ramón Jiménez, l'un des plus grands artistes du « modernisme » en Espagne. Mais la seconde étape de son évolution, infléchie par une conscience amère du présent et du passé récent de son pays, traduite en évocations tragiques et burlesques d'une réalité qui lui paraît de plus en plus dérisoire, le rapproche, par son pessimisme critique, des écrivains de la « génération de 98 ». Selon une formule lapidaire de Dámaso Alonso, Valle-Inclán est passé « de Scylla en Charybde, du revers à l'envers d'une même vision du monde ».

La nature exacerbée de son génie, le puissant élan de liberté qui soulève sa création, l'originalité et l'impétuosité de son caractère font de Valle-Inclán le type même de l'écrivain inclassable. Dans un sonnet fameux, Rubén Darío disait à son propos : « J'ai l'impression de sentir et de vivre, près de lui, une vie plus intense et plus rude. »

« Entre mon époque et moi il y a eu maldonne... »

Ramón María del Valle-Inclán naquit à Villanueva de Arosa, dans la province de Pontevedra, en Galice, où se déroule, dans une vieille demeure, son enfance obscure. Après des études à Pontevedra et Saint-Jacques-de-Compostelle, ayant vite renoncé à la carrière d'avocat, il va pour la première fois au Mexique en 1892. De retour à Madrid, il participe activement à la vie littéraire, artistique et bohème de la capitale ; il y devient une personnalité marquante et pittoresque. En 1899, à la suite d'une querelle de café, il doit être amputé d'un bras. En [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española

Classification


Autres références

«  VALLE-INCLÁN RAMÓN DEL (1866-1936)  » est également traité dans :

COMÉDIES BARBARES, Ramón del Valle-Inclán - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 839 mots

Après la publication des quatre Sonates (1902-1905), encore dans l'esthétique du modernisme, Ramón del Valle-Inclán (1866-1936) fait paraître les romans de La Guerre carliste (1908-1909) et les Comédies barbares , qui évoquent, dans un style plus réaliste, des aspects de l'époque historique contemporaine. Trois drames en prose composent cet ensemble théâtral : Águila de blasón ( L'Aigle du bla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedies-barbares/#i_43539

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard SESÉ, « VALLE-INCLÁN RAMÓN DEL - (1866-1936) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ramon-del-valle-inclan/