GUILLÉN JORGE (1893-1984)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De « Cántico » à « Clamor » : un itinéraire ontologique

La cohérence de Cántico ne saurait dissimuler le caractère naturellement dynamique et progressif d'une œuvre dont l'élaboration s'étage sur trente et un ans. Il importe donc de s'attacher aux différents moments de ce livre qui s'est enrichi et singulièrement diversifié si on le compare au recueil de 1928. Celui-ci, à bien des égards, se présente comme une tentative d'appréhension volontairement intellectuelle du monde, à la manière de Valéry. Ce qui, chez ce dernier, demeure un jeu subtil de l'entendement, devient pour Guillén l'objet d'une quête aussi passionnée que méthodique. Par-delà la « cité accidentelle », le poète cherche à atteindre l'Être dans son « essence plénière universelle ». Sous son regard, et par le truchement d'une parole qui renonce aux diaprures du discours symboliste, les paysages, les objets, les êtres humains se dépouillent de leur apparence transitoire. Blancheur et froideur rendent le monde simple, le réduisent à un schéma essentiel. Le poème de Guillén accède ainsi à un ordre abstrait où l'on a pu reconnaître, non sans raison, une manière d'équivalent verbal de l'entreprise cubiste.

Mais l'homme, absent des premiers poèmes, sinon par le vouloir mental, vient arracher à l'absence cette « mécanique céleste » régie par les lois infrangibles d'une géométrie sidérale. À partir de 1936, la poésie de Guillén cherche avant tout à approfondir l'accord entre l'être humain et le monde qui l'environne. L'important poème « Mas allá » (« Au-delà »), qui désormais ouvre le livre, peut être considéré comme le véritable postulat de l'ontologie guillénienne. L'homme n'existe que par sa relation avec l'« au-delà », c'est-à-dire, toute référence transcendantale écartée, avec l'au-delà de soi, le monde extérieur. L'homme s'affirme en affirmant la création. Entre la créature qui s'enracine dans l'être et le monde qui s'accorde à elle s'établit l'« échange prodigieux » dans le présent permanent du vrai lieu paradisiaque, la terre. L'homme enfin parachève le monde en le nommant et s'unit charnellement à lui [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, maître assistant à l'université de Paris-IV, écrivain

Classification


Autres références

«  GUILLÉN JORGE (1893-1984)  » est également traité dans :

MIRÓ GABRIEL (1879-1930)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 561 mots

Les écrits de Miró prennent tous place en ce premier tiers du xx e siècle où, dans la prose espagnole, brillent quelques grands noms qui, un peu injustement, ont éclipsé le sien : ceux de Miguel de Unamuno, Azorín, Pío Baroja, Ramón del Valle-Inclán, auxquels il faudrait en ajouter bien d'autres. De cet orfèvre du langage Jorge Guillén donne un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-miro/#i_14335

Pour citer l’article

Claude ESTEBAN, « GUILLÉN JORGE - (1893-1984) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jorge-guillen/