JŌMON. L'ART DU JAPON DES ORIGINES (exposition)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du 29 septembre au 28 novembre 1998 s'est tenue à la Maison de la culture du Japon à Paris l'exposition Jōmon. L'art du Japon des origines. Elle coïncidait avec le premier anniversaire de l'ouverture de cette institution. Le pari était de créer un événement à partir d'un pan peu connu en France de l'héritage artistique japonais en présentant des objets, en majorité des vases et des figurines de terre cuite, appartenant à la culture de Jōmon.

Le pari fut gagné d'abord par l'extraordinaire qualité des objets présentés. Non seulement la plupart d’entre eux n'étaient jamais sortis du Japon, mais c'était aussi la première fois que presque tous les chefs-d'œuvre connus de Jōmon étaient rassemblés. Au Japon même, il faut se rendre pour les voir dans une dizaine de musées souvent peu commodes d'accès, car ils sont installés près des sites de fouilles.

L'exposition commençait par les figurines, dogū, regroupées autour de la plus célèbre, celle de Tanabatake, première pièce de l'époque Jōmon à avoir été déclarée Trésor national. Titre qui aurait pu tout aussi bien être attribué à la statuette de Nishinomae, campée sur de longues jambes, au visage entièrement lisse. La deuxième salle rassemblait des décorations corporelles : masques, bracelets et surtout d'extraordinaires parures d'oreille en terre cuite de Chiamigaito dont la finesse fait penser à de l'orfèvrerie. La dernière salle comportait les poteries disposées par ordre chronologique depuis le Jōmon antérieur avec le bol de Torihama digne des meilleurs potiers des époques historiques. Suivaient pour le Jōmon moyen les jarres flamboyantes de Sasayama et de Dōdaira, mais aussi le pot avec anses de Nagamine d'un extraordinaire équilibre. Le Jōmon postérieur était illustré notamment par la jarre de Horinouchi qui reprend en terre cuite l'élégante simplicité d'une vannerie et par d'étonnantes poteries à goulot verseur. Le Jōmon final était surtout représenté par une jarre sphérique à col étroit décorée de courbes et de spirales provenant de Kawara.

La culture de Jōmon correspond au [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Pour citer l’article

François MACÉ, « JŌMON. L'ART DU JAPON DES ORIGINES (exposition) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jomon-l-art-du-japon-des-origines/