KENYATTA JOMO (1893 env.-1978)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à la fin du xixe siècle, près de Gatundu, en pays kikuyu, Jomo Kenyatta suit en 1909 l'enseignement d'une mission. Vers 1919, il s'installe à Nairobi et, en 1922, est employé par la municipalité au service des Eaux. Sa connaissance de l'anglais, du swahili (langue véhiculaire de l'Afrique orientale) et du kikuyu (sa langue maternelle) le conduit à faire des traductions pour la Kikuyu Central Association (K.C.A.), un des premiers groupements de défense des intérêts africains. En 1927, il en devient un des permanents et prend la direction de son journal en 1928.

En 1929, la K.C.A. l'envoie à Londres pour soutenir les revendications des Kenyans devant le Colonial Office ; il passe en Europe deux ans, au cours desquels il se rend à Moscou. Rentré au Kenya en 1930, il repart quelques mois plus tard pour Londres, où il va rester seize ans. Il maintient irrégulièrement ses contacts politiques, avec la gauche britannique notamment, et travaille surtout l'anthropologie chez Bronislaw Malinovski. En 1938, il publie Au pied du mont Kenya, remarquable étude ethnographique du peuple kikuyu. Et, pour la première fois, Kamau Johnstone wa Ngengi se fait connaître sous le nom de Jomo Kenyatta. Il traverse ensuite des années difficiles, occupe de petits emplois, survit grâce à l'aide de quelques amis anglais.

Il participe en 1945 à l'organisation du congrès panafricaniste de Manchester et, en 1946, reprend la route du pays. Il y est confronté à un mouvement national qui s'est développé sans lui, y rencontre des hommes plus jeunes, partisans de l'action violente. Il travaille avec eux au sein de la Kenya African Union (K.A.U.), mais, lorsque sont connues les premières prestations de serment mau-mau et qu'il apprend le projet d'un soulèvement généralisé, il refuse, semble-t-il, de les soutenir. Pourtant, ses prises de position publiques sont équivoques. Cela suffit aux autorités coloniales pour être persuadées qu'il est l'inspirateur du mouvement. Et, lorsque l'état d'urgence est proclamé en 1952, Jomo Kenyatta est l'un des premiers arrêtés. La révolte, au bout de cinq longues années, sera noyée dans le sang ; mais les Britanniques, qui avaient rêvé de faire du Kenya un « pays de l'Homme blanc », une seconde Afrique du Sud, seront contraints d'abord à des réformes, puis devront enclencher le processus aboutissant à l'indépendance. Jomo Kenyatta, en prison, était de fait le symbole d'une lutte vieille de plusieurs décennies ; son élargissement était la condition, en même temps que la manifestation éclatante, de l'accession à la souveraineté nationale. Il ne pouvait qu'être le premier président du Kenya indépendant.

Jomo Kenyatta, 1945

Photographie : Jomo Kenyatta, 1945

Anthropologue kenyan formé à Londres, Jomo Kenyatta (1891-1978) participe au Congrès panafricain de Manchester, en 1945. Rentré dans son pays en 1946, il milite au sein de la Kenya African Union. 

Crédits : John Deakin/ Picture Post/ Getty Images

Afficher

Accédant au pouvoir, après neuf années de réclusion, il a pour premier souci de rassurer les colons européens ; certains resteront, prendront la nationalité du pays ; l'un d'entre eux, Bruce MacKenzie, sera longtemps ministre de l'Agriculture, le poste le plus important sans doute du gouvernement ; d'autres partiront, progressivement, et leurs terres pourront être rachetées, grâce à des prêts britanniques, par la bourgeoisie nouvelle. Sur la scène internationale, Jomo Kenyatta était un allié fidèle des Occidentaux, mais il n'hésita pas à condamner leurs politiques dès qu'elles mettaient en cause le principe de la souveraineté des Africains sur leurs pays respectifs ; ainsi le Kenya prit-il toujours position contre les régimes racistes de l'Afrique australe. En fait, c'est une communauté d'intérêts économiques qui liait Jomo Kenyatta, et ses proches aux Occidentaux ; conservateur, le Mzee (le « Vieux », ce qui implique le « Sage ») était aussi un partisan convaincu de la modernisation du Kenya ; selon lui, cette modernisation ne pouvait passer que par l'aide des Occidentaux, détenteurs de capitaux et de technologie, et par l'enrichissement d'une couche de Kenyans associés au pouvoir et. appelés à, constituer une bourgeoisie locale. Cette idée, traduite en politique, assura au Kenya une croissance relativement dynamique, mais entraîna une dépendance très étroite de l'économie, accompagnée d'une fragilité structurelle ; elle provoqua également un accroissement dramatique des inégalités sociales, impliquant des risques pour l'avenir, qui a été dénoncé par des organisations internationales telles que la Banque mondiale ou le Bureau international du travail.

Jomo Kenyatta, 1963

Photographie : Jomo Kenyatta, 1963

Le leader indépendantiste kenyan Jomo Kenyatta (1893 env.-1978) devient le premier président du Kenya indépendant, le 12 décembre 1963. 

Crédits : Keystone/ Getty Images

Afficher

Cette politi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Jomo Kenyatta, 1945

Jomo Kenyatta, 1945
Crédits : John Deakin/ Picture Post/ Getty Images

photographie

Jomo Kenyatta, 1963

Jomo Kenyatta, 1963
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  KENYATTA JOMO (1893 env.-1978)  » est également traité dans :

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 323 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'Afrique noire anglophone »  : […] La Grande-Bretagne s'engagea la première dans la voie de la décolonisation en Afrique de l'Ouest, où la situation était plus « mûre » qu'ailleurs, et sur les marges du monde noir. Au Soudan, le problème était étroitement lié à l'avenir des relations anglo-égyptiennes. Le processus de transfert de souveraineté y fut très précoce. S'appuyant sur le statut juridique de condominium anglo-égyptien dep […] Lire la suite

DÉCOLONISATION

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON
  •  • 7 287 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « La décolonisation de l'Empire britannique »  : […] Très tôt convaincus que l'Asie allait revenir aux Asiatiques, les Britanniques furent les premiers Européens à se résigner à la décolonisation. L'émancipation de l' Inde avait été vainement demandée depuis la fin du xix e  siècle par l'Indian Congress, le parti du Congrès. Mais celui-ci devint, dans l'entre-deux-guerres, un puissant mouvement nationaliste de masse que les Britanniques divisèrent […] Lire la suite

KENYA

  • Écrit par 
  • Bernard CALAS, 
  • Denis Constant MARTIN, 
  • Marie-Christine MARTIN, 
  • Hervé MAUPEU
  •  • 12 137 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La gestion du pluralisme en dehors des partis politiques »  : […] Comme les autres pays africains, le Kenya adopte rapidement après l'indépendance un régime à parti unique. Mais cette formule ne repose pas sur l'hégémonie d'une seule ethnie ou d'une élite unique. Cet autoritarisme encourage l'intégration nationale et organise un pluralisme compétitif qui se structure largement en dehors des partis politiques. Cette marginalisation des partis a commencé dès 1964 […] Lire la suite

KIKUYU

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 1 750 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Problèmes posés par l'impérialisme européen »  : […] À la fin du xix e siècle, les Anglais, qui faisaient construire par des manœuvres asiatiques le chemin de fer Kenya-Ouganda, prirent l'habitude de se ravitailler chez ces paysans actifs. En 1902, quatre désastres désolèrent conjointement les hautes terres, au sud du pays : variole, peste bovine, famine, invasion de sauterelles. Vingt à cinquante pour cent de la population périt ; les survivants […] Lire la suite

LUO

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 273 mots

Vivant au Kenya, dans la province de Nyanza, autour du golfe de Kavirondo, à l'est du lac Victoria, les Luo sont environ 3,5 millions. D'origine nilotique, ils n'ont pas connu de structure étatique ni même de chefferie ; l'autorité, de type sénioriale, se transmet par le biais des lignages patrilinéaires. Le culte des ancêtres continue à être pratiqué malgré une apparente conversion au christianis […] Lire la suite

MOI DANIEL ARAP (1924-2020)

  • Écrit par 
  • Hervé MAUPEU
  •  • 1 025 mots
  •  • 2 médias

Homme politique kenyan , président de la République de 1978 à 2002. Daniel Toroitich arap Moi est né le 2 septembre 1924 à Kuriengwo (colonie du Kenya, auj. comté de Baringo), dans la région dite des white highlands , une zone accaparée par les colons britanniques afin d’y développer de vastes fermes. Ce jeune berger perd très tôt son père. Comme beaucoup d’orphelins de l’époque, il trouve refuge […] Lire la suite

Les derniers événements

27 décembre 2002 Kenya. Victoire du candidat de l'opposition à l'élection présidentielle

Son principal adversaire, Uhuru Kenyatta, fils du père de l'indépendance du pays, Jomo Kenyatta, obtient 24 p. 100 des voix. Il était soutenu par le président sortant, Daniel Arap Moi, au pouvoir depuis 1978, à qui la nouvelle Constitution interdisait de se représenter. Il s'agit de la première transition démocratique et de la première alternance politique dans le pays, dirigé depuis l'indépendance, en 1963, par l'Union nationale africaine du Kenya. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Denis Constant MARTIN, « KENYATTA JOMO (1893 env.-1978) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jomo-kenyatta/