JOHNSON EARVIN dit MAGIC (1959- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Earvin « Magic » Johnson fut l'un des plus célèbres basketteurs américains. Sous le maillot des Los Angeles Lakers, il remporta, dans les années 1980, cinq fois le Championnat de la National Basketball Association (N.B.A.). Il fut élu à trois reprises most valuable player (M.V.P., meilleur joueur de l'année) de la N.B.A. et, en 1992, il fut un élément clé de la « Dream Team » des États-Unis aux jeux Olympiques de Barcelone.

Earvin Johnson, Jr. est né le 14 août 1959 à Lansing, dans le Michigan, d'un père ouvrier dans l'industrie automobile. Il joue au basket-ball au lycée : magnifique manieur de ballon, joueur créatif et spectaculaire, il gagne déjà son surnom : « Magic ». Mais il est également un compétiteur-né, et, grâce à lui, l'équipe de son lycée remporte de multiples victoires. Il intègre l'université d'État du Michigan ; en 1979, il permet à l'équipe de cette université de gagner le Championnat de la National Collegiate Athletic Association (N.C.A.A.), infligeant à la formation de l'université d'État de l'Indiana son unique défaite de la saison. Au sein de cette dernière équipe évolue Larry Bird, et ce match est le point de départ d'une longue rivalité entre les deux hommes, qui va par la suite tenir en haleine tous les fans de la N.B.A. « Magic » Johnson intègre alors la N.B.A. : il est choisi au premier tour de draft par les Los Angeles Lakers, « franchise » au sein de laquelle il fera toute sa carrière de basketteur professionnel. Dès lors, il va se forger un formidable palmarès et apporter une nouvelle dimension au poste qu'il occupe, celui de meneur de jeu. En effet, du haut de ses 2,06 mètres, il ne se contente pas de distribuer des passes décisives à ses partenaires. Il peut aussi se permettre de lutter avec efficacité sous le panier pour tenter de prendre un rebond et se montrer très efficace au tir. Ses statistiques personnelles en disent long : en treize années de carrière, il affiche une moyenne de 7,2 rebonds pris et de 19,5 points inscrits par match. Bref, avec « Magic » Johnson, le meneur de jeu est devenu un basketteur polyvalent. Mais « Magic » Johnson demeure surtout célèbre pour ses passes « aveugles » et son exceptionnelle capacité à faire basculer un match en faveur de son équipe durant les moments clés de la partie, le fameux money time.

« Magic » Johnson brille donc rapidement en N.B.A., formant avec le pivot Kareem Abdul-Jabbar un duo redoutable. Avec les Lakers, il remporte le Championnat de la N.B.A. en 1980, 1982, 1985, 1987 et 1988, et il se voit élu M.V.P. en 1987, 1989 et 1990. En outre, au cœur des années 1980, la rivalité qui oppose les Los Angeles Lakers aux Boston Celtics ravive l'intérêt des fans et inaugure une nouvelle ère de prospérité pour la N.B.A. Ces deux « franchises » s'affrontent en finale en 1984, 1985 et 1987 : à chaque fois, le duel « Magic » Johnson-Larry Bird passionne les médias et « booste » les audiences.

Néanmoins, « Magic » Johnson vit un drame personnel en octobre 1991 : les médecins lui annoncent que, lors d'une transfusion sanguine, il a contracté le virus du sida (VIH). Le mois suivant, il révèle sa séropositivité à la presse et déclare que, de ce fait, il met un terme à sa carrière sportive. Il est alors le meilleur joueur de l'histoire de la N.B.A. en ce qui concerne le nombre de passes décisives (9 921 passes) – un record qui sera battu en 1995 par John Stockton.

Néanmoins, cette retraite est de courte durée. En effet, les professionnels de la N.B.A. sont pour la première fois autorisés à participer aux jeux Olympiques, en 1992 à Barcelone. Pour assurer sa promotion dans le monde entier à cette occasion, la N.B.A. souhaite que l'équipe des États-Unis soit la meilleure de tous les temps. Sollicité, « Magic » Johnson accepte de participer à l'aventure de la « Dream Team », dont il est nommé co-capitaine, avec... Larry Bird.

Par la suite, « Magic » Johnson est un court moment coach des Lakers, en 1994. Puis il redevient joueur durant une partie de la saison 1995-1996. Il prend alors une retraite définitive : il a inscrit 17 209 points en 1 060 matchs sous le maillot des Los Angeles Lakers.

« Magic » Johnson se lance ensuite dans les affaires, avec une réussite certaine, et milite pour la lutte contre le sida, soutenant la recherche sur le VIH.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  JOHNSON EARVIN dit MAGIC (1959- )  » est également traité dans :

JEUX OLYMPIQUES - La Dream Team, symbole des Jeux professionnels

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 1 088 mots

Le 16 juillet 1980, Juan Antonio Samaranch accédait à la présidence du C.I.O. Parmi les multiples réformes que le Catalan mit en œuvre, l'une des plus spectaculaires fut d'ouvrir les Jeux aux sportifs professionnels. Dès 1981, lors du congrès de Baden-Baden, il se prononce pour la suppression du mot « amateurisme » de la Charte olympique, proposition qui est adoptée par quatre-vingts voix contre […] Lire la suite

SPORT (Disciplines) - Le basket-ball

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 510 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le basket-ball aux jeux Olympiques »  : […] Même si les professionnels ne furent autorisés à participer aux jeux Olympiques qu'à partir de 1992, les États-Unis, qui alignaient des joueurs universitaires, ont largement dominé les débats, remportant tous les titres de 1936 à 1968. Ils ne durent laisser la médaille d'or à l'Union soviétique en 1972 (50-51) qu'en raison d'une décision discutable des officiels qui, en prolongeant de 3 secondes l […] Lire la suite

Pour citer l’article

« JOHNSON EARVIN dit MAGIC (1959- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/johnson-earvin-dit-magic/