HUNTER JOHN (1728-1793)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chirurgien britannique, initiateur de l’anatomie pathologique en Angleterre, né le 13 février 1728 à Long Calderwood (Écosse), mort le 16 octobre 1793 à Londres.

John Hunter n’a jamais fait d’études sanctionnées par l’université et, comme nombre de chirurgiens du xviiie siècle, n’a jamais tenté de devenir docteur en médecine. Il se rend à Londres en 1748 pour travailler comme préparateur, à la table de dissection des cours d’anatomie que donne son frère William, un célèbre obstétricien. Pendant onze hiver, il étudie l’anatomie dans les salles de dissection de celui-ci et, durant les étés de 1749 et de 1750, apprend la chirurgie auprès de William Cheselden, à l’hôpital de Chelsea.

En 1753, Hunter est élu enseignant d’anatomie au Surgeon’s Hall d’Édimbourg. Au début des années 1770, il commence à donner ses propres conférences, sur les principes et la pratique de la chirurgie. À partir de 1768, il enseigne également à l’hôpital Saint-George, où il a été élu chirurgien en 1758. En 1760, Hunter accepte la charge de chirurgien de l’armée. Il regagne Londres en 1763, où il continue à exercer dans un cabinet jusqu’à sa mort. En 1776, il est nommé chirurgien extraordinaire du roi George III.

Hunter n’aura pas seulement perfectionné la chirurgie, il l’aura également hissée à la dignité de profession scientifique, fondant sa pratique sur un vaste corps de principes généraux empruntés à la biologie. Défenseur de la première heure de l’investigation et de l’expérimentation, il sera également l’auteur de nombreuses expériences et études comparatives, à la croisée de la biologie, l’anatomie, la physiologie et la pathologie.

Hunter est l’auteur de The Natural History of Human Teeth (1771, Traité des dents), A Treatise on the Venereal Disease (1786, Traité de la maladie vénérienne), et Observations on Certain Parts of the Animal Oeconomy (1786, « Observations sur certaines parties de l’économie animale »). L’ouvrage Treatise on the Blood, Inflammation, and Gun-shot Wounds (Traité sur le sang, l’inflammation et les plaies d’armes à feu) est publié à titre posthume en 1794. La vaste collection de spécimens anatomiques et pathologiques réunie par Hunter sera acquise par le Parlement en 1799 pour le Royal College of Surgeons. Ses Œuvres complètes seront traduites en français dès 1839-1840.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  HUNTER JOHN (1728-1793)  » est également traité dans :

CHIRURGIE

  • Écrit par 
  • Claude d' ALLAINES, 
  • Jean-Édouard CLOTTEAU, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 8 640 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les origines »  : […] La plupart des peuples antiques savaient extraire une flèche, ou réduire une fracture à l'aide d'attelles, grâce à des procédés rudimentaires, en général accompagnés d'incantations et de pratiques magiques pour s'assurer la faveur des dieux. Les Indiens, toutefois, semblent avoir très tôt compris l'intérêt de l'entraînement à la dissection. Susruta ( v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chirurgie/#i_25909

JENNER EDWARD (1749-1823)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 652 mots
  •  • 1 média

Après avoir étudié la chirurgie chez D. Ludlow près de Bristol (1765), et la médecine à Londres (1770), Jenner devient l'élève du chirurgien et naturaliste J. Hunter. Celui-ci, comprenant son intérêt pour l'histoire naturelle, le charge, en 1771, de classer les collections rapportées des mers du Sud par le capitaine Cook. Malgré l'amitié profonde qui le lie à Hunter (leur correspondance ne s'arrêt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-jenner/#i_25909

Pour citer l’article

« HUNTER JOHN - (1728-1793) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-hunter/