ASHBERY JOHN (1927-2017)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 28 juillet 1927 à Rochester, John Ashbery a grandi dans une ferme dans l'ouest de l'État de New York. Après des études de lettres à Harvard, à la Columbia University et à la New York University, une bourse lui permit de faire un premier séjour à Paris, en 1955-1956. Il y retourna deux ans plus tard comme critique d'art de l'édition française du New York Herald Tribune, puis fut rédacteur de Art News à New York de 1966 à 1972. À partir de1974, il enseigne dans des universités américaines (notamment à Harvard, comme Charles Eliot Norton Professor of Poetry, de 1989 à 1990). S’il fut également auteur de pièces de théâtre et d’écrits sur l’art, c’est d’abord la poésie qui oriente son œuvre.

Une poésie de l'aléatoire

Son premier recueil de poèmes, Some Trees, paraît en 1956 avec une introduction de Wystan Hugh Auden. D'emblée Ashbery refuse les confessions, les « ecce homo » et autres life-studies à la Robert Lowell aussi bien que l'héritage du « modernisme » de T. S. Eliot pour se réclamer de cette autre « tradition du nouveau » qui va de Rimbaud, Lautréamont, Apollinaire et Roussel aux dadaïstes et aux surréalistes. Il ne s'agit plus de s'aventurer dans des forêts de symboles, « quelques arbres » suffiront. Cette volonté d'en finir avec une esthétique désormais désuète est encore plus affirmée dans The Tennis Court Oath (1962), ensemble déroutant de textes fragmentés selon la technique du collage et du cut-up, où Ashbery « démembre la poésie pour essayer de comprendre comment elle fonctionne ». Mais à partir de Rivers and Mountains (1966), il s'emploie à la « remembrer ». Plus de la moitié des pages de ce recueil est occupée par « The Skaters », premier d'une série de longs poèmes discursifs, comme en écrivaient déjà les poètes américains de la première moitié du siècle, d'Ezra Pound à Hart Crane. Dès The Double Dream of Spring (1970), la médita [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ASHBERY JOHN (1927-2017)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 197 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'école de New York »  : […] À la fois plus durable et plus diffuse, l'influence de ce qu'on appelle l'école de New York (The New York Poets) est sans doute la seule qui puisse rivaliser un peu aujourd'hui en Europe avec celle des beats . Les poètes de New York ne constituent pas un groupe homogène comme certains groupes littéraires français ; New-Yorkais d'origine, d'adoption […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-litterature/#i_90599

Pour citer l’article

André BLEIKASTEN, « ASHBERY JOHN - (1927-2017) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-ashbery/