TINCTORIS JOHANNES (1435 env.-1511)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Compositeur flamand, théoricien de la musique, auteur du premier dictionnaire de termes musicaux. On ignore où Johannes Tinctoris fit ses études ; mais il enseigna les arts, les mathématiques, la musique, la poésie et le droit. Pendant trois ans (1474-1476), il fut succentor (sous-chantre) à la cathédrale Saint-Lambert de Liège ; auparavant, il avait fait un séjour à Chartres (y dirigea-t-il la chorale ?) ainsi qu'à Bruges. Entre 1476 et 1481, il fut chantre et chapelain du roi de Naples, Ferrante (Ferdinand Ier). En 1492, on le retrouve à Rome. Il était chanoine prébendaire de Nivelles. On ignore le lieu de sa mort. C'est plus par son œuvre de théoricien que par ses compositions musicales qu'il est célèbre ; il a écrit cependant une messe tropée sur le thème de L'Homme armé (Cunctarum Plasmator summus), des motets, des chansons. Ses douze traités, rédigés entre 1474 et 1487, comprennent : 1. le Terminorum musicae diffinitorium (imprimé vers 1495, peut-être à Naples), qui contient 291 définitions de termes musicaux anciens et contemporains ; 2. l'Expositio manus, qui rend compte des règles de la solmisation d'après Guy d'Arezzo ; 3. le Liber de natura et proprietate tonorum (1476), dédié à Ockeghem et à Busnois, dont il estimait fort l'œuvre, ainsi que celles du Franco-Flamand Johannes Regis (1430 env.-env. 1485) et du Français Firmin Caron (xve s.) ; l'ouvrage expose la théorie des modes ; 4. le Tractatus de notis et pausis ; 5. le Tractatus de regulari valore notarum ; 6. le Liber imperfectionum notarum musicalium ; 7. le Tractatus alterationum ; 8. le Scriptum super punctis musicalibus : cinq ouvrages qui concernent tous les théories mensuralistes du xve siècle ; 9. le Liber de arte contrapuncti (1477), qui étudie le contrepoint ; 10. le Proportionale musices, qui comporte une courte histoire de la musique et un traité des proportions dans la notation musicale ; 11. le Complexus effectuum musices, qui parle des influences de la musique sur l'esprit de l'homme ; 12. le De inventione et usu musicae (1483-1487), qui concerne le chant, tant monodique (grégorien) que polyphonique, les chanteurs et les instruments.

—  Pierre-Paul LACAS

Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  TINCTORIS JOHANNES (1435 env.-1511)  » est également traité dans :

ARS NOVA

  • Écrit par 
  • Roger BLANCHARD
  •  • 6 409 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les formes »  : […] Parmi les formes héritées de l' école de Notre-Dame, certaines disparurent peu à peu au cours du xiv e  siècle, d'autres se transformèrent ; enfin des formes nouvelles naquirent. Nous avons défini ci-dessus la technique du motet isorythmique ; il nous faut revenir sur la forme motet et en retracer l'évolution. Le motet (étymologiquement, petit mot, motetus , motulus ) est né au xiii e  siècle de l […] Lire la suite

CANTUS

  • Écrit par 
  • Edith WEBER
  •  • 531 mots

Le terme cantus (en italien canto ) signifie chant, acte de chanter. Aux ix e et x e siècles, les théoriciens comme le Pseudo-Hucbald (Ogier, Hotger) utilisent le terme cantus pour désigner les pièces de l'office et de la messe. Dans le déchant, la partie comportant la mélodie principale est intitulée cantus par opposition au discantus , orné et en contrepoint. Dans la paléographie musicale du […] Lire la suite

LUTH

  • Écrit par 
  • Joël DUGOT
  •  • 7 042 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « À la recherche de l'accord »  : […] C'est là le phénomène le plus significatif et le plus important de l'histoire du luth. On ne peut dire exactement si c'est le luth qui conduisit à l'harmonie ou les premières polyphonies qui la suggérèrent aux luthistes ; toujours est-il que le luth est un des tout premiers instruments à s'engager dans la voie qui fut celle de la musique occidentale. Il s'agit là d'un phénomène de rupture comparab […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « TINCTORIS JOHANNES (1435 env.-1511) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/johannes-tinctoris/