CICONIA JOHANNES (1340 env.-1411)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Compositeur et théoricien liégeois, le plus grand musicien entre Guillaume de Machaut (1300-1377) et Guillaume Dufay (1400-1474), dont l'influence, en Italie notamment, redonna vie à une production musicale déclinante. Ciconia vécut à Avignon, où, en 1350, il fut clerc et familier d'Aliénor de Comminges-Turenne, nièce du pape Clément VI ; c'était l'époque où les principes de l'ars nova (Guillaume de Machaut, Philippe de Vitry, J. des Murs) imprégnaient la polyphonie. Il fit un premier séjour de dix ans en Italie (1357-1367), où il suivit le cardinal Gilles d'Albornoz, chargé de la reconquête des États du pape. De retour à Liège, il devint chanoine prébendé de Saint-Jean-l'Évangéliste (1372-env. 1402). Il quitta définitivement son pays d'origine pour l'Italie (canonicat à la cathédrale de Padoue, à partir de 1403). Sa production comprend dix fragments de messe (3-4 voix) ; treize motets (2-4 voix), notamment O anima Christi — qui annonce déjà Dunstable — et ceux qu'il a consacrés à l'éloge de personnages illustres de Padoue, de Florence et de Venise (Felix templum ; O Padua sidus praeclare ; Venetiae mundis splendor...) ; quatre madrigaux italiens (2-3 voix) ; onze ballate italiennes et deux canons à 3 voix. Il fut séduit par le charme de la polyphonie italienne (O rosa bella, sur un poème de Giustiniani ; Dolce fortuna), la souplesse de sa courbe mélodique, la subtilité de l'écriture canonique et des caccie. Ses motets procèdent parfois par entrées imitatives et déploient de longs mélismes, où l'on reconnaît l'influence du style madrigalesque. Il serait le premier à grouper les parties de la messe par deux, sous un ténor commun, selon une construction isorythmique, parfois isomélique, ou encore sous un même motif d'incipit. C'est à lui qu'on doit certainement d'avoir fait connaître en Italie les techniques avignonnaises de la composition de la messe ; à ce sujet, son influence fut grande sur Dufay qui connut sa production en Italie. Selon Clercx-Lejeune, on retrouve le procédé du faux-bourdon dans un Credo de Ciconia (Bolo [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  CICONIA JOHANNES (1340 env.-1411)  » est également traité dans :

ARS NOVA

  • Écrit par 
  • Roger BLANCHARD
  •  • 6 410 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les compositeurs »  : […] Citons aussi le grand musicien liégeois Johannes Ciconia, qui résida en Avignon après 1350, au service du cardinal Gil Albornoz, et devait ensuite s'installer à Padoue où son influence et sa réputation furent grandes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ars-nova/#i_5026

LIÈGE, ville

  • Écrit par 
  • Jean LEJEUNE, 
  • Xavier MABILLE
  •  • 6 993 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'épanouissement des lettres et des arts »  : […] les papes sont de munificents distributeurs de prébendes canoniales. Puis, avec le cardinal Albornoz et la papauté, ils franchissent les Alpes et découvrent l'Italie. L'un d'eux, Johannes Ciconia, qui fut chanoine à Liège et à Padoue, tira de l'ars nova française et de l'ars nova italienne une ars novissima qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liege-ville/#i_5026

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « CICONIA JOHANNES (1340 env.-1411) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/johannes-ciconia/