CICONIA JOHANNES (1340 env.-1411)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Compositeur et théoricien liégeois, le plus grand musicien entre Guillaume de Machaut (1300-1377) et Guillaume Dufay (1400-1474), dont l'influence, en Italie notamment, redonna vie à une production musicale déclinante. Ciconia vécut à Avignon, où, en 1350, il fut clerc et familier d'Aliénor de Comminges-Turenne, nièce du pape Clément VI ; c'était l'époque où les principes de l'ars nova (Guillaume de Machaut, Philippe de Vitry, J. des Murs) imprégnaient la polyphonie. Il fit un premier séjour de dix ans en Italie (1357-1367), où il suivit le cardinal Gilles d'Albornoz, chargé de la reconquête des États du pape. De retour à Liège, il devint chanoine prébendé de Saint-Jean-l'Évangéliste (1372-env. 1402). Il quitta définitivement son pays d'origine pour l'Italie (canonicat à la cathédrale de Padoue, à partir de 1403). Sa production comprend dix fragments de messe (3-4 voix) ; treize motets (2-4 voix), notamment O anima Christi — qui annonce déjà Dunstable — et ceux qu'il a consacrés à l'éloge de personnages illustres de Padoue, de Florence et de Venise (Felix templum ; O Padua sidus praeclare ; Venetiae mundis splendor...) ; quatre madrigaux italiens (2-3 voix) ; onze ballate italiennes et deux canons à 3 voix. Il fut séduit par le charme de la polyphonie italienne (O rosa bella, sur un poème de Giustiniani ; Dolce fortuna), la souplesse de sa courbe mélodique, la subtilité de l'écriture canonique et des caccie. Ses motets procèdent parfois par entrées imitatives et déploient de longs mélismes, où l'on reconnaît l'influence du style madrigalesque. Il serait le premier à grouper les parties de la messe par deux, sous un ténor commun, selon une construction isorythmique, parfois isomélique, ou encore sous un même motif d'incipit. C'est à lui qu'on doit certainement d'avoir fait connaître en Italie les techniques avignonnaises de la composition de la messe ; à ce sujet, son influence fut grande sur Dufay qui connut sa production en Italie. Selon Clercx-Lejeune, on retrouve le procédé du faux-bourdon dans un Credo de Ciconia (Bologne, Liceo Q 15, 5), et cette technique serait d'origine italienne et non point anglaise. En résumé, le style de Ciconia est une première synthèse entre l'apport français et l'apport italien à la musique de ce temps, le premier caractérisé par une structure isorythmique et une harmonie modale, le second par la courbe mélodique et la richesse de l'écriture canonique. Enfin, outre un traité perdu, De arithmetica institutione, il est l'auteur de Nova Musica et du De proportionibus. Plusieurs de ses œuvres figurent dans le Buxheimer Orgelbuch (tablature d'orgue).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification

Autres références

«  CICONIA JOHANNES (1340 env.-1411)  » est également traité dans :

ARS NOVA

  • Écrit par 
  • Roger BLANCHARD
  •  • 6 410 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les compositeurs »  : […] En France, deux noms dominent le xiv e  siècle : celui de Guillaume de Machaut et celui de Philippe de Vitry. Philippe de Vitry (1291-1361), né à Vitry en Champagne, théoricien et compositeur, servit les rois Charles IV, Philippe VI et Jean II en qualité de notaire royal, maître des requêtes et conseiller. Il fut à la fin de sa vie évêque de Meaux. On a pu identifier certaines de ses œuvres, pour […] Lire la suite

LIÈGE, ville

  • Écrit par 
  • Jean LEJEUNE, 
  • Xavier MABILLE
  •  • 6 993 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'épanouissement des lettres et des arts »  : […] Depuis la fin de l'Église impériale, les temps ont bien changé sur les rives de la Meuse. Nuancée par des traditions régionales, l'architecture est devenue gothique (française) et les universités l'ont emporté sur les vieilles écoles de chanoines. Celle de Paris, surtout, attire les Liégeois. Certains y ont enseigné, tel le théologien Godefroid de Fontaines, chanoine de Saint-Lambert. Il y avait a […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « CICONIA JOHANNES (1340 env.-1411) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/johannes-ciconia/