LYSS JOHANN (1593/94 env.-env. 1629/30)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un modeste peintre venu travailler dans le Schleswig-Holstein au service du duc de Holstein, Johann Lyss reçut sans doute là sa première formation, puis se rendit, selon Sandrart, à Amsterdam où il séjourna vers 1616-1619. Après un passage à Paris, on le trouve ensuite en Italie, notamment à Venise en 1621. À Rome dès 1622, Lyss s'affilie, sous le sobriquet de Pan (bien significatif de son comportement agité), à la Bent, cette fameuse confrérie des artistes nordiques de Rome qui, face à l'officielle et très italienne Académie de Saint-Luc, regroupait tant d'artistes étrangers très indépendants d'allure et de goût artistique. Bientôt cependant, Lyss dut revenir à Venise, y menant, selon Sandrart qui y fit sa connaissance en 1628-1629, une vie passablement excentrique et rencontrant surtout le peintre romain Domenico Feti (à Venise de 1622 à sa mort) qui exerça sur lui une influence considérable dans la création d'une peinture libre, enjouée, intensément baroque et instable, souvent dévolue aux petites scènes de genre, et d'une grande saveur polychrome. En 1629 encore, Lyss émarge sur les listes d'une corporation des peintres de Venise en même temps que le Flamand Nicolas Regnier, mais disparaît peu après, à un âge précoce, victime de la peste.

Sa trop courte carrière est difficile à suivre sur le plan de l'évolution stylistique et chronologique, car aucune œuvre peinte n'est datée (sauf un Christ aux oliviers de 1628 [ou 1629 ?], dans une collection particulière bâloise), mais la plupart de celles qui sont conservées paraissent à cause d'un style bouillonnant à la Feti relever de sa période vénitienne : parmi ses œuvres les plus populaires souvent répétées en plusieurs exemplaires (est-ce à cause de leur grand succès ?), on citera La Découverte de Moïse enfant sur le Nil (musée de Lille), d'une superbe digne de Véronèse (à Venise, Lyss aimait regarder les grands maîtres vénitiens), Le Fils Prodigue de l'Académie de Vienne, le Jeu de la Mo [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : conservateur des Musées nationaux, service d'études et de documentation, département des Peintures, musée du Louvre

Classification

Pour citer l’article

Jacques FOUCART, « LYSS JOHANN (1593/94 env.-env. 1629/30) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-lyss/