GÖRRES JOHANN JOSEPH (1776-1848)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La vie de Görres, Rhénan né à Coblence, suit les fluctuations variées de la politique de son époque : journaliste à La Feuille rouge (Das rote Blatt, 1797), Görres adhère aux idées de la Révolution française et, à la tête d'une délégation allemande, vient réclamer à Paris l'annexion de la rive gauche du Rhin par la France. L'occupation française, la politique du Directoire, et les contacts qu'il a avec Achim von Arnim et Clemens Brentano feront de lui un nationaliste allemand. Il se fera le chantre ardent des guerres de libération dans le Rheinischer Merkur (1814-1816), puis critiquera les travaux du Congrès de Vienne et verra son journal interdit par le gouvernement prussien pour une orientation jugée trop libérale. En 1819, il émigre à Strasbourg, puis en Suisse. Ses positions deviennent de plus en plus conservatrices. Converti au catholicisme, il est nommé professeur à Munich (1827). Il se fait le porte-parole des tendances cléricales et féodales dans son journal Historisch-politische Blätter (1838). Comme écrivain, il a contribué à découvrir et à populariser la poésie médiévale allemande ainsi dans Les Livres populaires teutons (Die teutschen Volksbücher, 1807), et s'est également intéressé à l'Orient, comme en témoigne l'Histoire des mythes de l'Asie (1810).

—  Marie-Claude DESHAYES

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Marie-Claude DESHAYES, « GÖRRES JOHANN JOSEPH - (1776-1848) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-joseph-gorres/