BELLAY JOACHIM DU (1522-1560)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du Bellay à Rome

Le séjour en Italie va bouleverser la vie de Joachim en lui offrant des responsabilités, des facilités de vie, des contacts internationaux, ainsi qu'une autre vue de l'histoire, du monde et du destin. Il ne faut surtout pas se fier aux propos de ce perpétuel anxieux qu'est l'auteur des Regrets, toujours prêt à se croire frustré, rabaissé. Il a réussi à faire croire à ses biographes qu'il n'avait été à Rome qu'un malheureux secrétaire accablé de travaux, avant de revenir aussi pauvre qu'il était parti, alors que ses bénéfices ecclésiastiques (reçus grâce au cardinal Du Bellay) lui permettront de vivre très honorablement à Paris les dernières années de sa courte vie. Et à Rome même, dans la maison du cardinal, il y a bien des secrétaires, mais sous ses ordres. Quant à Joachim, il est une manière de chef de cabinet du personnage le plus important de Rome après le pape, puisque Jean du Bellay est doyen du Sacré Collège, et que les actes notariés intitulent le poète « procureur et vicaire général tant en spirituel qu'en temporel » du doyen du Sacré Collège. Il a la haute main sur une maison de cent huit personnes et trente-sept chevaux, sur la gestion des finances du cardinal, sur les rentrées de ses revenus français, sur la préparation des dossiers de consistoires. Il s'est plaint de tout ce travail, mais le régime ne lui a pas mal réussi puisqu'il n'a jamais autant ni mieux écrit que pendant ces quatre années d'exil.

Bien que Du Bellay soit toujours resté pour ses contemporains le poète de L'Olive, les Regrets doivent à leur facilité de lecture et à leur style décontracté d'avoir conservé une popularité plus longue et plus étendue. Ils ont donné à Joachim l'exutoire qui manquait à ses dons de polémiste décapant, que la Deffence et la préface goguenarde de L'Olive n'avaient pas épuisés. Il pourra disposer désormais d'un champ d'opérations plus vaste et de cibles plus pittoresques. L'antipapisme gallican attend toujours une occasion de faire surface, et ce milieu de siècle fut une pépinière d'occasions, avec une cour romaine plus corrompue encore que celle des Borgia, et ses trois papes inoubliables : l'infâme Jules III auprès duquel Henri III eût fait figure de saint ; un authentique saint et réformiste, Marcel II, élu par surprise et empoisonné au bout de quelques semaines par les partisans du statu quo ; Paul IV, enfin, irréprochable mais intégriste, paranoïaque, chambré par d'abominables neveux, et qui laissera derrière lui un État pontifical à feu et à sang. Huit sonnets particulièrement corrosifs (Regrets, 105 à 112) furent auto-censurés et imprimés sur un encart que les privilégiés pouvaient glisser dans leur exemplaire de librairie.

Mais il y a bien d'autres choses dans les Regrets que la ville pontificale. Par le jeu des dédicaces se construit un ensemble succulent de dialogues avec les amis de Paris, Daurat, Ronsard, Morel, Baïf, Peletier, Jodelle ; le livre se présente aussi comme un journal intime de poète, avec quelques-uns des plus beaux sonnets de nostalgie de la littérature française (Regrets, 6, 17, 41) et les tonalités baudelairiennes de l'étonnant sonnet à la princesse Marguerite (Regrets, 166) :

Dans l'enfer de mon corps mon esprit attaché Et cet enfer, Madame, a été mon absence...

N'oublions pas, sur le chemin du retour, le véritable journal de voyage qui nous conduit de Rome à Urbino, de Venise aux Grisons, de Genève à Lyon et Paris, et cette annexe que représentent les « Sonnets au quidam », témoignages d'une répulsion encore plus forte pour la théocratie genevoise que celle que lui avait inspirée la ville des papes.

D'un bout à l'autre de ce livre court un mythe sous-jacent et qui périodiquement fait surface : le mythe d'Ulysse et du voyage en mer, avec ses écueils, ses sirènes, ses espoirs déçus et, malgré les tornades, l'espoir tenace d'arriver un jour au port. Rappelons que depuis plus d'un millénaire le voyage marin avait été utilisé par les auteurs spirituels et les prédicateurs comme l'image par excellence du destin individuel. C'est dans cet esprit que Daurat, au collège Coqueret, interprétait l'Odyssée comme une parabole de la quête du salut.

À côté du mythe du destin individuel, celui du destin collectif des peuples et des civilisations fait son apparition dans les Regrets, mais pour prendre son développement le plus ample dans Les Antiquitez de Rome et dans l'extraordinaire Songe. Pour le jeune provin [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : ancien professeur à l'université de Berkeley, professeur émérite à l'université de Manchester, fondateur de l'Institut collégial européen

Classification

Autres références

«  BELLAY JOACHIM DU (1522-1560)  » est également traité dans :

LES REGRETS, Joachim du Bellay - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yvonne BELLENGER
  •  • 848 mots

En 1553, Joachim du Bellay quitte Paris pour Rome afin d'être le secrétaire de son oncle, le cardinal Jean du Bellay. Pendant ce séjour qui n'est que déception et tracas, Du Bellay compose deux recueils de sonnets – Les Regrets et les Antiquités de Rome – publiés en 155 […] Lire la suite

BAÏF JEAN ANTOINE DE (1532-1589)

  • Écrit par 
  • Hubert HARDT
  •  • 646 mots

Poète français qui fit partie de la Pléiade. Dans Défense et illustration de la langue française , Joachim du Bellay cite « ces deux lumières françoyses, Guillaume Budé et Lazare de Baïf ». Fils naturel de ce dernier, Jean Antoine bénéficia d'une éducation humaniste hors pair. Il fut confié dès le berceau à Ange Vergèce et à Charles Estienne, à huit ans à Jacques Toussaint, professeur de grec au C […] Lire la suite

COQUERET COLLÈGE DE

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 336 mots

Fondé en 1418 sur la montagne Sainte-Geneviève à Paris par Nicolas Coquerel ou Coqueret, le collège de Coqueret reste obscur jusqu'à ce que, à la rentrée de 1547, Jean Dorat y soit nommé professeur, et sans doute principal : il devient dès lors le berceau de ce qu'on appellera la Pléiade. Autour de Dorat sont rassemblés un grand nombre d'étudiants, et surtout un petit groupe d'internes, parmi lesq […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - La langue française

  • Écrit par 
  • Gérald ANTOINE, 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Loïc DEPECKER, 
  • Françoise HELGORSKY
  •  • 15 783 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la guerre de Cent Ans à la Renaissance »  : […] Dans ce laps de trois siècles, la périodisation est très discutée. Si la plupart des historiens de la langue sont à peu près d'accord sur la limite supérieure (première moitié du xiv e  s.), l'appartenance du xvi e  siècle à l'entité moyen français est souvent remise en question. L'expression elle-même de « moyen français », due sans doute à Darmesteter et imposée par Ferdinand Brunot, n'est pas […] Lire la suite

MOYEN ÂGE - L'affirmation des langues vulgaires

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 2 558 mots

Dans le chapitre « Des « Arts poétiques » à la « Défense et illustration de la langue française »  »  : […] Rivalisant avec Dante, Guillaume de Machaut définit dès 1370, en Prologue général à l'édition de ses œuvres, un système poétique où s'équilibrent, sous l'égide d' Amour et de Nature , associée à ses « enfants », Sens , Rhétorique et Musique , le don de l'invention et le travail propre de l'écrivain. À la fin du xiv e , puis au xv e  siècle, apparaissent, d'abord en occitan ( Leys d'Amors de Gui […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIe s.

  • Écrit par 
  • Frank LESTRINGANT
  •  • 6 835 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Pléiade »  : […] La Pléiade , d’abord nommée la Brigade, marque une rupture. En 1549 est donc publiée la Défense et illustration de la langue française de Joachim du Bellay , qui souhaite que la France « enfante bientôt un Poète, dont le Luth bien résonnant fasse taire ces enrouées Cornemuses ». Le manifeste de du Bellay instaure la prépondérance des genres non lyriques. En effet, sur dix genres proposés à l’ému […] Lire la suite

MAGNY OLIVIER DE (1529 env.-env. 1561)

  • Écrit par 
  • Hubert HARDT
  •  • 264 mots

Poète de la Renaissance française, originaire de Cahors comme Marot, Olivier de Magny entra tôt dans le sillage de Ronsard, dont il devint et resta le disciple. Monté à Paris dès 1547, il servit de secrétaire à l'humaniste Hugues Salel, dont il rassembla et publia les inédits après la mort de son protecteur (1553). En 1554 paraît d'Olivier de Magny un recueil d' Amours , inspiré à la fois de Pétra […] Lire la suite

PLÉIADE

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 3 483 mots

Dans le chapitre « Du centre à la périphérie »  : […] Ce qui brouille les pistes, c'est le chiffre sept qui ne correspond qu'à un symbole. En regardant de près la structure et le fonctionnement de cette microsociété, on s'aperçoit qu'il existe en son centre un noyau dur, irréductible à tous les changements, et formé de ceux que Claude Binet, après la mort de Ronsard, désigne sous le nom d'« heureux triumvirat » : Ronsard, Baïf et Du Bellay. Ceux-là […] Lire la suite

SONNET

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 1 042 mots

Poème à forme fixe de quatorze vers répartis en quatre strophes, le sonnet tient dans la littérature européenne, et notamment française, une place extrêmement importante. On sait qu'« un sonnet sans défaut vaut seul un long poème » (Boileau), et qu'il suffit d'un sonnet pour rendre célèbre un écrivain (Arvers) ou pour ridiculiser un personnage de comédie (Oronte). Sans doute élaboré en Sicile au […] Lire la suite

TOMBEAU DE DU BELLAY, Michel Deguy - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre VILAR
  •  • 900 mots

Dans le chapitre « « Lisant donc et relisant Du Bellay » »  : […] Cependant le poète-interprète, traducteur de Heidegger, philosophe, enseignant et commentateur (entre autres de Thomas Mann, Marivaux, ou Derrida) est d'abord cet « auteur en poèmes » qui sait gré à Du Bellay d'avoir installé le questionnement sur le poétique au cœur de la poésie, et qui lie une méditation savante et souple sur l'allégorie, l'imitation, les sources grecques et latines d'une poéti […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gilbert GADOFFRE, « BELLAY JOACHIM DU - (1522-1560) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/joachim-du-bellay/