SAVONAROLE JÉRÔME (1452-1498)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La réforme

Pour réformer l'Église et la société, Savonarole veut d'abord réformer les Florentins, le « peuple élu » qui sera l'instrument de Dieu ; son plan a été exposé dès 1489 et méthodiquement poursuivi pendant huit ans.

Fondamentalement, la réforme est morale et religieuse. Dès 1495, Savonarole a répudié le compromis entre la mystique chrétienne et le platonisme païen. Il dénonce la philosophie de ses amis humanistes comme inutile, fallacieuse, voire dangereuse pour la foi. Il s'en prend au luxe corrupteur, ce qui le dresse contre les magnats aussi bien que contre les partisans des Médicis, contre les marchands aussi bien que contre les humanistes. L'art religieux lui-même est accusé de faire « oublier Dieu ». Savonarole se situe dans la lignée de tant de grands réformateurs canonisés, de saint Bernard de Clairvaux en particulier.

La logique de sa propre violence verbale le contraint à la surenchère. Le 7 février 1497, au cours de la fête pénitentielle qu'il a substituée à l'ancien carnaval, dans un gigantesque bûcher à l'ordonnance symbolique, les Florentines sacrifient toilettes et bijoux, cependant que périssent dans les flammes, parfois de la main même de leurs auteurs, tableaux « impudiques » et livres libertins. Les cantiques remplacent la poésie mythologique et l'art n'est plus qu'œuvre de dévotion. En outre, les Florentins tolèrent que la jeunesse exaltée se constitue en police des mœurs et que soit pratiquée la délation systématique.

Pour parvenir à ses fins, Savonarole doit intervenir dans les affaires de la cité. Il donne à Laurent de Médicis, puis à son fils Pierre, des conseils qui se veulent des ordres de Dieu. Il accueille le roi de France Charles VIII (entré à Florence le 17 nov. 1494) comme l'envoyé de Dieu venu remettre les Italiens dans le droit chemin. Puis il profite du départ du Médicis et de l'échec de l'entreprise française pour instaurer à Florence une république de la vertu dont le rayonnement moral doit aider à l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : membre de l'Institut, directeur général des Archives de France

Classification


Autres références

«  SAVONAROLE JÉRÔME (1452-1498)  » est également traité dans :

ALEXANDRE VI, RODRIGO BORGIA (1431-1503) pape (1492-1503)

  • Écrit par 
  • Gilbert GIANNONI
  •  • 1 222 mots

Le 11 août 1492, « on vit accéder à la suprême dignité, écrit L. Pastor, dans son Histoire des papes , un homme que l'Église ancienne n'aurait pas admis au dernier rang du clergé à cause de sa vie dévergondée ». Le conclave venait d'élire le cardinal Rodrigo Borgia qui prenait le nom d'Alexandre VI . Ce sexagénaire (il était né en 1431, à Játiva, en Espagne) avait une solide […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rodrigo-alexandre-vi/#i_4807

BARTOLOMEO DELLA PORTA FRA (1475-1517)

  • Écrit par 
  • Henri PERETZ
  •  • 1 004 mots
  •  • 3 médias

Baccio della Porta, devenu frère Bartolomeo della Porta, doit sa fortune et sa renommée plus à ses contemporains qu'à lui-même. Lié à Savonarole, il nous en a laissé un portrait saisissant (1497, couvent de Saint-Marc, Florence). Contemporain des plus grands peintres, il a su utiliser leurs découvertes. Ici, on reconnaîtra la construction rigoureuse de Piero di Cosimo, là, la ligne de Filippino L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fra-bartolomeo-della-porta/#i_4807

BOTTICELLI SANDRO (1445-1510)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 4 441 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Crise mystique »  : […] L'univers de poésie pure qui était celui de Botticelli semble envahi alors par le tumulte et les troubles que suscitent à Florence la prédication de Savonarole, la fuite des Médicis en 1494, la condamnation et le supplice du moine quatre ans plus tard. Vasari affirme que le peintre adhéra au mouvement des piagnoni , les disciples de Savonarole. Au-delà du drame que fut pour l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sandro-botticelli/#i_4807

FLORENCE RÉPUBLIQUE DE

  • Écrit par 
  • Charles-Marie de LA RONCIÈRE
  •  • 4 486 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Savonarole et la fin de la république (1494-1530) »  : […] Si les maladresses de Laurent et de Pierre ont compromis la situation des Médicis, la défaite de ceux-ci n'est pas sans appel ; ils conservent de nombreux fidèles. Les appuis qu'ils trouvent auprès des États voisins, tous monarchiques, leur permettront finalement de se rétablir ; mais les traditions communales ne sont pas mortes et, avant que disparaisse définitivement le sens de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-de-florence/#i_4807

ITALIE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ, 
  • Pierre LAROCHE, 
  • Angélique LEVI, 
  • Jean-Paul MANGANARO, 
  • Philippe RENARD, 
  • Jean-Noël SCHIFANO
  •  • 29 122 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Résistance et compromis »  : […] Quelques constantes qu'on retrouve à travers toute la littérature italienne donnent à la culture transalpine un ton, une physionomie particulière. Le sentiment du malheur national, de l'infériorité politique et économique, la rage ou l'humiliation devant la patrie déchirée, envahie et persécutée, alimentent un courant héroïque qui a ses trois cimes en Dante, Savonarole et Gramsci. Dante, hanté pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-langue-et-litterature/#i_4807

MÉDICIS LAURENT DE, dit LAURENT LE MAGNIFIQUE (1449-1492)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 866 mots

Homme d'État florentin, né le 1 er  janvier 1449 à Florence, mort le 9 avril 1492 à Careggi, près de Florence. En 1469, à la mort de son père, Pierre de Médicis, Laurent lui succède à la tête de la République de Florence, conjointement avec son frère cadet, Julien (1453-1478), annonçant qu'il va suivre la voie constitutionnelle adoptée par son père et son grand-père. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laurent-de-medicis/#i_4807

PIC DE LA MIRANDOLE (1463-1494)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 4 887 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l'exploratio à la disputatio, de la disputatio à la contemplatio »  : […] L'existence de Giovanni Pico della Mirandola peut être divisée en deux périodes nettement distinctes, et même opposées, comme le fit dans sa célèbre Vita son propre neveu, Gian Francesco. Le point de rebroussement de la courbe serait marqué par la fameuse « dispute » romaine : avant, une période d'erreurs et d'errances, de gloire « mondaine », d'aventures galantes, de recherc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pic-de-la-mirandole/#i_4807

Pour citer l’article

Jean FAVIER, « SAVONAROLE JÉRÔME - (1452-1498) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jerome-savonarole/