TJIBAOU JEAN-MARIE (1936-1989)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1936 à Tiendanite, petit village tribal de la vallée de Hienghène, Jean-Marie Tjibaou reçut une éducation catholique qui devait durablement le marquer. Il fréquenta l'école de la mission de Canala jusqu'en 1947, puis entra au petit séminaire de Païta. Il effectua son noviciat à l'île des Pins et fut ordonné prêtre en 1965 à Hienghène, mais exerça son ministère à la cathédrale de Nouméa.

Entre 1968 et 1970, il séjourna en France où il suivit les cours de l'Institut de sociologie de la faculté catholique de Lyon. En 1970, on le retrouve inscrit en ethnologie à l'École pratique des hautes études à Paris. Son projet de thèse sur les fondements et la portée de l'identité culturelle des Mélanésiens n'aboutira pas sur le plan académique. En revanche, la réflexion qui le sous-tend l'amène, à son retour en Nouvelle-Calédonie (1972), à abandonner la prêtrise pour jouer un rôle actif dans les affaires culturelles du Territoire. Fonctionnaire du Service de l'éducation de base, il fait la promotion de l'Association féminine pour un souriant village mélanésien. On lui doit la conception et, partiellement, l'organisation du festival Melanesia 2000 de septembre 1975 qui permit, pour la première fois, la manifestation du fait culturel mélanésien et la prise de conscience par la communauté autochtone de constituer l'élément central de la personnalité collective néo-calédonienne. Membre de l'Union des indigènes calédoniens amis de la liberté dans l'ordre (UICALO), Jean-Marie Tjibaou est élu coup sur coup maire de Hienghène et conseiller territorial de la côte est en 1977. Au sein de l'Union calédonienne, il est l'un des principaux artisans de l'abandon du concept d'« autonomie » pour celui d'« indépendance », d'abord « pluriethnique » (1977), puis très vite « kanak » (1978). Aussi, aux élections territoriales de 1979 apparaît-il comme un des leaders du Front indép [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., directeur du Centre des hautes études sur l'Afrique et l'Asie modernes

Classification

Autres références

«  TJIBAOU JEAN-MARIE (1936-1989)  » est également traité dans :

ART KANAK

  • Écrit par 
  • Emmanuel KASARHÉROU
  •  • 1 410 mots

Dans le chapitre « Entre « visages » et « reflets » »  : […] C’est au début des années 1980, à la demande du leader kanak Jean-Marie Tjibaou (1936-1989), qui s’inquiétait de savoir ce que les musées français avaient conservés de l’art ancien de son pays et s’il était montré au public, que l’ethnologue Roger Boulay a commencé ses premières recherches dans les musées. Ce travail pionnier de repérage a permis de nourrir la première grande exposition internati […] Lire la suite

NOUVELLE-CALÉDONIE

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe GAY
  •  • 4 998 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Du statut de TOM à l’insurrection kanak »  : […] Après le sursaut démographique des années 1930, qui intervient grâce à la baisse rapide de la mortalité liée au développement des infrastructures médicales (hôpitaux, dispensaires…) et aux progrès en matière d’hygiène, la Seconde Guerre mondiale bouleverse la Nouvelle-Calédonie, choisie comme base arrière et tête de pont par les États-Unis pour reconquérir le Pacifique. À partir de 1942, elle est […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Conclusion de l'accord sur l'avenir de la Nouvelle-Calédonie. 21 avril - 5 mai 1998

sous l'égide du Premier ministre Michel Rocard par Jacques Lafleur, président du R.P.C.R., et Jean-Marie Tjibaou, chef du F.L.N.K.S., prévoyaient l'organisation d'un référendum d'autodétermination en 1998. Après l'assassinat de Jean-Marie Tjibaou par un extrémiste indépendantiste, en mai 1989, Jacques Lafleur […] Lire la suite

France. Consternation en Nouvelle-Calédonie après l'assassinat de Jean-Marie Tjibaou et de Yeiwéné Yeiwéné. 4-20 mai 1989

Le 4, alors qu'ils participent à une cérémonie rituelle marquant la fin du deuil des dix-neuf Canaques tués le 5 mai 1988 lors de l'assaut de la grotte de Gossanar par la gendarmerie, Jean-Marie Tjibaou, président du mouvement indépendantiste F.L.N.K.S., et son second, Yeiwéné Yeiwéné […] Lire la suite

France. Campagne terne pour le référendum sur la Nouvelle-Calédonie. 5-26 octobre 1988

Le 5, François Mitterrand souhaite, au cours du Conseil des ministres qui approuve le projet de loi sur l'avenir de la Nouvelle-Calédonie, que « l'ensemble du gouvernement s'engage » dans la campagne pour le référendum du 6 novembre sur ce projet de loi. Le 7, Jean-Marie Tjibaou, président […] Lire la suite

France. Visite du Premier ministre Michel Rocard en Nouvelle-Calédonie après l'accord sur le projet de loi référendaire. 17-31 août 1988

Du 17 au 20, deux délégations du RPCR et du FLNKS se réunissent sous l'égide de Louis Le Pensec, ministre des DOM-TOM, dans les locaux du ministère à Paris, rue Oudinot. Elles sont respectivement conduites par le sénateur Dick Ukeiwé et par Jean-Marie Tjibaou. Les discussions portent sur le projet […] Lire la suite

France. Conclusion d'un accord entre loyalistes et indépendantistes en Nouvelle-Calédonie sous l'égide de Michel Rocard. 7-26 juin 1988

dans le territoire. Le 15, Michel Rocard parvient à réunir à Matignon Jacques Lafleur, président du R.P.C.R., chef de file de la majorité conservatrice, et Jean-Marie Tjibaou, président du F.L.N.K.S., qui regroupe les indépendantistes. Auparavant, Raymond Barre a accepté de s'entretenir, le 13, du dossier néo […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre DOUMENGE, « TJIBAOU JEAN-MARIE - (1936-1989) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-marie-tjibaou/