ITARD JEAN-MARC-GASPARD (1774-1838)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médecin à l'Institution des sourds-muets de Paris, Itard s'est illustré dans l'oto-rhino-laryngologie, dont il est l'un des fondateurs, la surdi-mutité et l'éducation spécialisée. Amené à s'occuper d'enfants mutiques indemnes de toute lésion organique sensorielle ou motrice, tel le fameux « sauvage de l'Aveyron », il aborda la pathologie mentale infantile, dont il fut, quoique non-psychiatre, un des précurseurs les plus remarquables.

Itard

Itard

Photographie

Le docteur Itard s'est rendu célèbre après avoir recueilli et tenté d'éduquer l'enfant «.sauvage de l'Aveyron.». Son travail, méticuleusement consigné dans un mémoire, mettait en cause les théories innéistes de l'époque et a servi à de nombreux pédagogues à mieux comprendre les... 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Né à Oraison (Alpes-de-Provence), il fit ses études secondaires à Riez, puis à Marseille chez les oratoriens. Destiné au commerce, il fut enrôlé, lors de la mobilisation massive de l'été de 1793, comme aide-chirurgien et se retrouva à l'hôpital militaire de Toulon (replié, en raison de l'occupation de la ville par les Anglais, à Solliés), où il fut l'élève du grand chirurgien Dominique Larrey. Il suit ce dernier à Paris en 1796 et, reçu au concours de chirurgien de deuxième classe, obtient une place au Val-de-Grâce. C'est là qu'il se fait connaître de l'abbé Sicard, directeur de l'Institution des sourds-muets, où il est venu, en voisin, soigner un élève accidenté. Lorsque le célèbre enfant sauvage arrivant de l'Aveyron le 6 août 1800 est confié à Sicard, celui-ci demande qu'Itard soit nommé officier de santé de son institution. Le Provençal, qui n'a eu jusque-là aucune expérience de l'éducation des sourds-muets, va donc s'occuper pendant plusieurs années de l'enfant, avec le concours d'une gouvernante, Mme Guérin. Il ne quittera plus l'institution de la rue Saint-Jacques, dont il devient le médecin en 1803 après avoir soutenu sa thèse Dissertation sur le pneumothorax ou les congestions gazeuses qui se forment dans la poitrine. Resté célibataire, consultant honoré, membre de l'Académie de médecine et de nombreuses sociétés savantes, Itard, à sa mort, lègue à l'Institution des sourds-muets la majorité de ses manuscrits et de sa fortune.

L'éducation du « sauvage de l'Aveyron », qu'il devait par la suite baptiser Victor, aurait suffi à la gloire d'Itard. Relatée dans les deux rapports imprimés en 1801 et 1806 (reproduits par L. Malson dans Les Enfants sauvages

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ITARD JEAN-MARC-GASPARD (1774-1838)  » est également traité dans :

CULTURE - Nature et culture

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 880 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Enjeux et usages de l'opposition nature/culture »  : […] Le souci de cerner nettement la part de l' éducation, de l'apprentissage, de la culture dans la constitution de la personnalité humaine et, simultanément, de connaître la part de l'inné, et donc du naturel, et donc de l'universel, n'est pas l'apanage de notre civilisation. Leibniz cite, dans le livre III de ses Nouveaux Essais, le cas de ce roi de l'Antiquité qui avait fait i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-nature-et-culture/#i_80612

Pour citer l’article

Jacques POSTEL, « ITARD JEAN-MARC-GASPARD - (1774-1838) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-marc-gaspard-itard/