PASCAL JEAN-LOUIS (1837-1920)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'architecte Jean-Louis Pascal est né à Paris le 4 juin 1837. Élève, vers 1854, du peintre William Bouguereau, avec qui il restera très lié, il entre à peu près à la même époque dans l'atelier de l'architecte Émile-Jacques Gilbert. Il est admis en 1855 à l'école des Beaux-Arts de Paris où il obtient de nombreuses récompenses. À partir de 1859, il est élève de Charles-Auguste Questel, successeur de Gilbert. De 1861 à 1866, Pascal est inspecteur sur le chantier de Charles Garnier pour l'Opéra de Paris. Six fois logiste au concours pour le prix de Rome, il remporte enfin le premier grand prix en 1866 avec « Un Hôtel pour un riche banquier ». Ses envois de Rome comprennent entre autres des relevés de Pompéi et du stade du Palatin. Il rentre en France en 1870 et, à partir de 1871, devient inspecteur du chantier d'Hector Lefuel pour le Louvre. En 1872, il reprend la direction de l'atelier de son ancien maître, Questel, et formera nombre d'architectes (comme Henri-Paul Nénot, 1853-1934, Henri Sauvage, 1873-1932 ou le Franco-Américain Paul Cret, 1876-1945), parmi lesquels une proportion notable d'étrangers (par exemple l'Écossais John James Burnet, 1857-1938, ainsi que de nombreux Américains). Il est nommé architecte diocésain de Valence en 1875 et d'Avignon en 1888. À la mort d'Henri Labrouste, en 1875, Pascal lui succède comme architecte de la Bibliothèque nationale, poste qu'il occupera jusqu'en 1912. Il participe, dans les années 1870, à plusieurs concours comme ceux de l'hôtel de ville de Paris (1872-1873), de l'église du Vœu national au Sacré-Cœur à Paris (1874) et de la faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux (1876 ; bien que classé troisième ex aequo, il sera chargé de l'exécution). Il devient membre du jury de l'école des Beaux-Arts en 1878 et, cette même année, remporte une médaille à l'Exposition universelle de Paris. Pascal est élu membre de l'Institut en 1890. Il meurt à Paris le 16 mai 1920.

Jean-Louis Pascal est l'auteur, entre autres, d'importants bâtiments publics : la faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux (1876-1888) et son extension (1902-1922) ; à la Bibliothèque nationale à Paris, les ailes nord (1878) et est (1885) de la cour d'honneur et le « carré Vivienne » (Manuscrits, Périodiques, « Salle ovale », cabinet des Médailles, 1883-1936, travaux poursuivis, après le départ de Pascal en 1912, par son élève Alfred-Henri Recoura) ; la mairie-école d'Ablon-sur-Seine (Val-de-Marne, 1883). Il eut aussi une clientèle privée, comme en témoignent le château d'Escurès à Commes (Calvados, 1869), le château de Maubuisson à Clairefontaine (Yvelines), l'hôtel particulier et l'atelier de Bouguereau, 75, rue Notre-Dame-des-Champs à Paris (1866-1868), l'immeuble du 105 de la même rue (1880), l'immeuble du 197, boulevard Saint-Germain à Paris (1882), l'hôtel particulier pour la famille Königswarter, 12, rue de Prony à Paris (1883), le château du Doux à Altillac (Corrèze, 1904-1906), la villa Renouard à Pau.

Il a réalisé aussi de nombreux monuments et tombeaux : le monument à Henri Regnault dans la cour du Mûrier de l'école des Beaux-Arts à Paris (1872-1876, en collaboration avec l'architecte Ernest Coquart et le sculpteur Henri Chapu) ; le tombeau de Michelet (cimetière du Père-Lachaise, Paris, 1882) ; le tombeau du sculpteur Charles Degeorge (cimetière du Père-Lachaise, 1889) ; le monument à Garnier près de l'Opéra de Paris (1902). Il a dirigé également des travaux de décoration, notamment pour la cathédrale Saint-Louis de La Rochelle (par exemple la chapelle de la Vierge, env. 1872-1883, décorée de peintures de Bouguereau).

Pur produit de l'enseignement de l'école des Beaux-Arts, dont il fut un très brillant élève, Pascal présente toutefois une personnalité non pas conformiste, mais plutôt complexe et riche de contradictions. Sa participation active, au côté de Julien Guadet, au mouvement qui conduit à l'échec de la réforme de l'école des Beaux-Arts, réforme tentée en 1863 et inspirée par Viollet-le-Duc, ne l'empêche pas d'user parfois, quand le programme l'y invite (mairie-école d'Ablon-sur-Seine) d'un rationalisme presque viollet-le-ducien. La science classique de la composition dont le Grand Prix de Rome fait preuve dans la mise au point du plan [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : architecte, ingénieur d'études au service régional d'Aquitaine de l'Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France

Classification

Les derniers événements

19-22 septembre 2006 France. Polémique sur la délinquance en Seine-Saint-Denis

Le 21, Jean-Louis Nadal, procureur général de la Cour de cassation, se rend au tribunal de Bobigny pour assurer ses magistrats de son «soutien sans faille». De son côté, le garde des Sceaux Pascal Clément prône «mesure et impartialité» dans les jugements portés sur le fonctionnement de la justice. Le 22, à l'issue d'une rencontre avec le premier président de la Cour de cassation Guy Canivet, le président de la République Jacques Chirac rappelle dans un communiqué «sa très grande exigence quant au respect de l'indépendance des magistrats et à la nécessaire sérénité qui doit présider à l'exercice de leur mission». […] Lire la suite

1er-14 juin 2005 France. Formation du gouvernement de Dominique de Villepin

Michèle Alliot-Marie demeure à la Défense, Jean-Louis Borloo conserve l'Emploi, la Cohésion sociale et le Logement, Thierry Breton reste à l'Économie, aux Finances et à l'Industrie. Philippe Douste-Blazy devient ministre des Affaires étrangères, Gilles de Robien – seul membre de l'U.D.F. – ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Pascal Clément garde des Sceaux, ministre de la Justice, Dominique Perben ministre des Transports, de l'Équipement, du Tourisme et de la Mer, Xavier Bertrand ministre de la Santé et des Solidarités. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude LAROCHE, « PASCAL JEAN-LOUIS - (1837-1920) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-louis-pascal/