GARDIES JEAN-LOUIS (1925-2004)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Parce qu'elle se déroula officiellement dans le même lieu universitaire, le département de philosophie de l'université de Nantes, la carrière de Jean-Louis Gardies ne rend guère visible la variété des intérêts intellectuels qui animèrent cet esprit libre, depuis son entrée à l'École normale supérieure en 1946 et l'obtention de l'agrégation de philosophie trois ans plus tard. Assistant de Raymond Aron (1905-1983) en Sorbonne, lecteur à Göttingen puis attaché culturel à Hambourg, où Michel Foucault (1926-1984) lui succéda, il était familier de la langue allemande, ce qui lui permit l'accès direct à Gottlob Frege (1848-1925), l'un de ses auteurs privilégiés, en mathématiques comme en droit. Sans doute devait-il prendre un tournant décisif vers la philosophie des mathématiques, lors de la fondation avec Jean Dhombres, en 1980 à Nantes, d'un séminaire d'histoire des sciences, au départ axé sur la lecture de la théorie des proportions et du livre V des Éléments d'Euclide. Il n'en retrouvait pas moins, dans ce qui devint son domaine privilégié de travail, des pistes tracées en philosophie du langage et en logique. Ainsi, il repensait le non-achèvement d'une théorie du nombre réel par la théorie des proportions comme conséquence d'une volonté euclidienne d'en rester à un langage naturel et à une logique du premier type.

Ce parcours sans heurts cache aux spécialistes de quatre domaines bien différents – logique déontique, philosophie des normes, philosophie du langage et philosophie des mathématiques – l'unité de forme interro-déductive de Gardies. Ils n'en aperçoivent que les effets, certes non négligeables, dans les parties les plus techniques les concernant – pour le droit, par exemple, la question de la vente sous condition résolutoire, ou celle de la promesse. Quant aux généralistes, ils croient ne voir passer là que des évidences. Par exemple, et encore pour le juridique, lorsque Gardies déduit dans l'Essai sur les fondements a priori de la rationalité morale et juridique (1972) que la connaissance du droit est plus qu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Pour citer l’article

Jean DHOMBRES, « GARDIES JEAN-LOUIS - (1925-2004) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-louis-gardies/