JEAN BODEL D'ARRAS (1167 env.-1209/10)

Trouvère arrageois, Jean Bodel débute dans la carrière littéraire comme jongleur vers 1190. En 1194, il est membre de la confrérie des jongleurs et bourgeois d'Arras en même temps que sergent de l'échevinage. Il prend la croix en 1199 ou 1200, lors de la prédication de Foulques de Neuilly qui prélude à la IVe Croisade, mais, devenu lépreux en 1202, il se retire à la léproserie de Beaurain, près d'Arras, où il meurt.

Son œuvre est variée. Neuf fabliaux (Vilain de Farbu ; Vilain de Bailluel ; Gombert et les deux clercs ; Brunain, la vache du prêtre ; Le Souhait des sens égarés ; Le Loup et l'Oie ; Les Souhaits que saint Martin accorda à Envieux et à Convoiteux ; Haimet et Barat ; Les Deux Chevaux) font de lui l'un des premiers représentants de la littérature réaliste bourgeoise qui apparaît à cette époque dans les villes marchandes du nord de la France. Cette orientation est confirmée par ses cinq pastourelles, poèmes dont la situation de base est dans l'esprit du fabliau et qui témoignent de son intérêt pour les manifestations marginales et parodiques du lyrisme courtois. Entre 1197 et 1200, à une époque où le genre s'épuise, il compose une chanson de geste romanesque en alexandrins, La Chanson des Saisnes, qui traite, comme le titre l'indique, des luttes de Charlemagne contre les Saxons. Le 5 décembre 1200 probablement, il fait représenter le Jeu de saint Nicolas, drame semi-religieux où se mêlent l'écho des croisades et la peinture de la vie quotidienne à Arras. Atteint par la lèpre, il adresse en 1202 dans ses Congés un émouvant adieu à ses amis.

—  Daniel POIRION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  JEAN BODEL D'ARRAS (1167 env.-1209/10)  » est également traité dans :

CONGÉ, genre musical

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 94 mots

Poésie lyrique personnelle que composèrent certains trouvères du xiiie siècle pour célébrer l'adieu, courtois ou satirique, du poète à ses amis, à sa ville ou à son pays natal. Trois congés sont connus : celui de Jehan Bodel (1202), celui d'Adam de La Halle (vers 1269), celui de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conge-genre-musical/#i_6045

JEU, genre dramatique

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 2 002 mots

Dans le chapitre « Le Jeu de saint Nicolas »  : […] Le Jeu de saint Nicolas est un miracle dramatique du trouvère arrageois Jean Bodel (1167 env.-1209-1210), créé à Arras, probablement le 5 décembre 1200 (jour précédant la Saint-Nicolas d'hiver) : cette datation n'est pas certaine si le prologue est apocryphe (A. Henry), mais reste plausible. C'est donc la plus ancienne pièce de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeu-genre-dramatique/#i_6045

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Histoire

  • Écrit par 
  • Robert PIGNARRE
  •  • 8 345 mots

Dans le chapitre « La chrétienté médiévale »  : […] , des fonctions cléricales, accentue le processus de laïcisation. C'est le cas de deux trouvères arrageois, Jean Bodel († 1210) et Adam le Bossu († 1290) : de l'un, le Jeu de saint Nicolas traite la donnée hagiographique en roman d'aventures corsé de scènes de taverne ; du second, le Jeu de la feuillée, sorte de revue d'intérêt local, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-histoire/#i_6045

Pour citer l’article

Daniel POIRION, « JEAN BODEL D'ARRAS (1167 env.-1209/10) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-bodel-d-arras/