CHARDIN JEAN-BAPTISTE SIMÉON (1699-1779)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le métier

La manière de Chardin, son goût pour la vérité simple ne pouvaient que surprendre ses contemporains épris du maniérisme aristocratique et factice que dispensaient alors Boucher, Lancret, Pater et, avec eux, tous les petits maîtres du xviiie siècle.

Mariette lui-même, grand amateur de dessin, a peine à comprendre que Chardin dessine peu et il tient pour un défaut d'imagination que « monsieur Chardin [soit] obligé d'avoir continuellement sous les yeux l'objet qu'il se propose d'imiter... » Car, pour les hommes du temps, voir et imiter, c'est tout un (« quelle vanité que la peinture qui attire l'admiration par la ressemblance des choses dont on n'admire point les originaux », écrivait déjà Pascal). Aussi ne leur vient-il point à l'idée qu'on puisse aller plus loin par le regard qui observe et recréée que par le don, commun aux peintres officiels, d'imaginer dans le seul respect des conventions établies.

Et la technique de Chardin étonne, autant que son goût du vrai, ceux mêmes qui l'admirent. « La manière de peindre de Chardin est singulière », écrit Bachaumont. « Il place ses couleurs l'une après l'autre, sans presque les mêler de façon que son ouvrage ressemble un peu à de la mosaïque. »

Habitués à la technique vernissée du xviiie siècle, les amateurs d'alors comprenaient mal qu'un tableau, peu lisible de près, pût à distance si parfaitement se composer, ni qu'à une manière, apparemment respectueuse des traditions, répondit une technique aussi nouvelle.

Ce que Chardin veut exprimer n'a plus rien à voir, en effet, avec la classique opposition des Hollandais entre l'ombre et la lumière. Séparant ses touches, il obtient par des procédés qui lui sont propres, le fondu parfait de l'œuvre terminée et s'efforce, comme dans Le Gobelet d'argent du Louvre, d'animer chaque objet, chaque moment, de la lumière et de la teinte de tout ce qui l'entoure. Les innovations techniques de Chardin touchent notre sensibilité ; car ce que l'on aime aujourd'hui à découvrir dans une œuvre, c'est le « faire » d'un peintre, c'est la présence sensuelle, spontanée et vécue de la touche, alors que la vieille tradition académique du métier parfait, exigeait encore, au temps de Louis XV, pour qu'une œuvre fût tenue pour achevée, que la trame de son exécution ne fût jamais apparente.

C'est pourtant à ce métier même (qu'un contemporain qualifiait de « brut » et de « raboteux ») que Chardin doit aujourd'hui, par notre admiration, d'être toujours présent.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Nature morte à la tourte, au citron et au pain, P. Claesz

Nature morte à la tourte, au citron et au pain, P. Claesz
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Pipe et vase à boire, J.-B. S. Chardin

Pipe et vase à boire, J.-B. S. Chardin
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

L’Aide-cuisinière, J. S. Chardin

L’Aide-cuisinière, J. S. Chardin
Crédits : Courtesy National Gallery of Art, Washington

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHARDIN JEAN-BAPTISTE SIMÉON (1699-1779)  » est également traité dans :

AUTOPORTRAIT, peinture

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 586 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le peintre au travail : le triomphe de la peinture »  : […] Bien qu'il ne s'agisse pas d'un véritable autoportrait, l'image de Marcia peignant son propre portrait}} à l'aide d'un miroir ( Livre des femmes nobles et renommées de Boccace, 1402, Bibliothèque nationale de France, Paris ) montre bien ce qui est en jeu dans la représentation de l'artiste au travail, a fortiori dans le cas d'un autoportrait : la célébration, en abyme, d'un art de l'illusion. Ap […] Lire la suite

NATURE MORTE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 5 710 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La France : de Baugin à Chardin »  : […] À Paris, dans la première moitié du xvii e  siècle, l'influence flamande véhiculée par la colonie artistique de Saint-Germain-des-Prés se combine à la leçon caravagesque, donnant naissance à un style français, caractérisé par la simplicité des compositions, un choix d'objets restreint, un coloris souvent froid, une certaine uniformité de l'éclairage ou un clair-obscur recueilli, et un rendu minuti […] Lire la suite

PEINTURE - Les théories des peintres

  • Écrit par 
  • Daniel ARASSE
  •  • 3 806 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'élaboration d'une théorie spécifiquement picturale »  : […] Cette évolution capitale ne se fait pas simplement. Elle apparaît au xviii e  siècle quand des profanes – et non des peintres – remettent en cause le dogme Ut pictura poesis . Des Réflexions critiques de l'abbé Dubos au Laocoon de Lessing , on voit se développer tout un courant de pensée qui définit l'art non plus comme imitation mais comme expression. Ces théoriciens sont conduits alors à délimit […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe LEVANTAL, « CHARDIN JEAN-BAPTISTE SIMÉON - (1699-1779) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-simeon-chardin/