MACPHERSON JAMES (1736-1796)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né dans les Highlands d'Écosse, à Ruthven, James Macpherson fit d'abord ses études à King's College à Aberdeen, puis partit en 1755 dans l'intention de se préparer aux études pastorales : il y renonça peu après et rentra dans son village natal comme maître d'école. Il publia, en 1758, ses premiers vers, L'Homme des Highlands (The Highlander), qui n'eurent aucun écho. Deux années auparavant, Jerome Stone of Dunkeld, poète et linguiste, avait publié dans le Scots Magazine une traduction de ballades gaéliques : cette publication influença sans doute l'orientation poétique de Macpherson, et le conduisit à s'intéresser plus particulièrement à la poésie gaélique. Il était soutenu dans cet intérêt par John Home, l'auteur de Douglas (1757) et par Hugh Blair : celui-ci rassembla des fonds pour financer une expédition dans les Highlands ; il voulait découvrir et rassembler des manuscrits gaéliques et noter par écrit les textes d'anciennes ballades que transmettait encore la tradition orale de certaines régions isolées. De cette première expédition, Macpherson rapporta un manuscrit du xvie siècle connu maintenant comme Le Livre du doyen de Lismore (The Book of the Dean of Lismore). Il avait également acquis des manuscrits dus aux MacMhuirichs, bardes héréditaires de la famille des MacDonald de Chanranald.

À la suite de cette expédition, Macpherson publia les Fragments of Ancient Poetry Collected in the Highlands of Scotland and Translated from the Gaelic or Erse Language (1760). Quelques-uns de ces fragments seulement étaient véritablement adaptés des originaux. Fingal, an Ancient Epic Poem, publié en 1762, devait beaucoup plus aux sources gaéliques. Temora, publié en 1763, se fondait en partie sur une authentique ballade celte, mais l'utilisation du fonds original était très libre. La figure d'Ossian, auteur prétendu de ces poèmes, connut immédiatement un succès considérable : l'amour-propre écossais, sans se soucier de l'origine irlandaise de ces légendes, vit dans ces textes les fragments d'une antique épopée nationale. La sensibilité européenne, préparée par la découverte [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  MACPHERSON JAMES (1736-1796)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Préromantisme »  : […] Le la fut donné par Pensées nocturnes ( Night Thoughts , 1742) d' Edward Young (1683-1765), qui inaugura la poésie sépulcrale, et surtout par la fameuse Élégie écrite dans un cimetière de campagne ( Elegy Written in a Country Churchyard , 1750), de Thomas Gray (1716-1771). Gray fut aussi des premiers à ressentir l'appel des lointaines époques barbares ; les anciennes littératures galloise et scan […] Lire la suite

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 144 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le préromantisme »  : […] Depuis 1900 environ, les historiens littéraires ont inventé la qualification de préromantique pour désigner les pionniers qui, dès le milieu du xviii e  siècle, mécontents de l'intellectualité parfois sèche qu'ils trouvaient autour d'eux, avaient déjà quelques pressentiments d'un climat nouveau de sensibilité et voulaient l'exprimer dans la littérature. Cette dénomination n'est pas très heureuse, […] Lire la suite

CELTES

  • Écrit par 
  • Christian-Joseph GUYONVARC'H, 
  • Pierre-Yves LAMBERT, 
  • Stéphane VERGER
  •  • 15 892 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La littérature écossaise »  : […] C'est l'émigration des Irlandais du royaume de Dál Riada (en Ulster) qui introduit, au v e  siècle, le gaélique en Écosse. La langue s'est imposée à toute l'Écosse vers le xi e  siècle, puis elle a reculé devant la poussée de l'anglais. Entre le x e et le xiii e  siècle, d'autre part, le gaélique d'Écosse se sépare progressivement du gaélique d'Irlande. Pourtant, les deux pays gardent jusqu'au x […] Lire la suite

LA CRÉATION DES IDENTITÉS NATIONALES (A.-M. Thiesse)

  • Écrit par 
  • Pierre MILZA
  •  • 985 mots

Que l'idée de nation et le sentiment identitaire qui s'y rattache soient non pas des faits « naturels » mais des constructions de l'esprit, apparues au début de l'ère industrielle, il est peu d'historiens aujourd'hui pour le nier. Les Français ne furent certainement ni les premiers ni les plus ardents défenseurs de cette thèse dont la diffusion relève au premier chef de l'historiographie anglo-sa […] Lire la suite

ÉPOPÉE, notion d'

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 638 mots

Dans le chapitre « Redécouverte de l'épopée »  : […] Voltaire de son côté n'a connu qu'un succès éphémère avec La Henriade (1725). Mais son Essai sur la poésie épique , publié d'abord en anglais en 1727, marque un infléchissement décisif, par la pluralité des modèles qu'il invoque : les grands poètes des « nations européennes », depuis les Anciens jusqu'au Tasse, à Camões ou à Milton. Alors qu'en France le débat sur l'épopée avait été lié à d'âpres […] Lire la suite

FOLKLORE

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT
  •  • 12 223 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Histoire du folklore comme discipline »  : […] Il est important de tenter de retracer la préhistoire de l'étude du folklore pour en saisir la spécificité. Lorsque cette discipline est née, au début du xix e siècle, l' ethnologie, en effet, existait déjà, même si elle n'en portait pas encore le nom. Elle s'était constituée à partir de la découverte au xvi e siècle du continent américain. Avec stupeur on avait appris alors l'existence d'une au […] Lire la suite

LA FABRIQUE DE L'ÉCRIVAIN NATIONAL (A.-M. Thiesse) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marie-Ève THÉRENTY
  •  • 1 395 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Au commencement était l’oralité »  : […] Au xix e  siècle, la publication du patrimoine oral semble être la première condition de possibilité d’une littérature nationale. Dans toutes les nations européennes, de véritables expéditions sont montées pour recueillir les voix collectives et populaires. Ainsi, pour consoler la Prusse humiliée par les victoires napoléoniennes, Friedrich von der Hagen publie en 1807 le Nibelungenlied , sorte d’ […] Lire la suite

SCOTT WALTER (1771-1832)

  • Écrit par 
  • Raymonde ROBERT
  •  • 1 788 mots

Dans le chapitre « Le goût du passé à la fin du XVIIIe siècle »  : […] D'une santé fragile (une paralysie partielle le laisse boiteux), Walter Scott, né à Édimbourg, passe une partie de son enfance dans les Highlands, chez ses grands-parents. C'est dans le cadre de la « renaissance du gothique » ( the gothic revival ) que s'explique son action littéraire ; bercé par les contes, les ballades et les récits d'autrefois dont sa tante et sa grand-mère meublaient ses loisi […] Lire la suite

Pour citer l’article

Olivier JUILLIARD, « MACPHERSON JAMES - (1736-1796) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-macpherson/