JAMES BOND

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mort et résurrection d'un héros

Avec Skyfall (Sam Mendes, 2012), James Bond connaît une véritable assomption. À l'ouverture du film, sa vitalité est époustouflante. Reprenant son éternelle visite des sites classés par l'U.N.E.S.C.O., il fait une démonstration de son habileté en poursuivant l'ennemi sur les toits du Grand Bazar d'Istanbul, à moto sur des corniches vertigineuses, et en pelleteuse géante sur un interminable convoi ferroviaire en progression au-dessus de l'abîme. On est tellement pris par les exploits du poursuivant qu'on ne voit pas venir ce qui va faire, enfin, mourir James Bond : une belle tueuse contrainte d'obéir à l'ordre fatal de ses supérieurs du M16. Après ce prologue grandiose, viennent la mort et la résurrection du « Chéri-Bibi » écossais.

Car le héros n'est plus que l'ombre de lui-même. Il n'atteint plus sa cible. Affaibli, il est même à deux doigts de subir les derniers outrages de la part d'un méchant sadique (interprété par Javier Bardem), apparemment bisexuel, et décidé à se venger d'une mère fantasmée. La prudente autocensure hollywoodienne laisse passer l'obscénité sans en avoir l'air. Qu'aurait-on vu, sans cette limite, et si l'on n'avait pas l'impérieuse nécessité de vendre les films de James Bond sur toute la surface de la planète ?

Daniel Craig, James Bond après tous les autres, passe dans cette histoire avec un visage un peu plus impassible que celui de Buster Keaton. Cela lui permet d'accrocher très étrangement l'intérêt du spectateur, d'une manière jamais désagréable. Maintenir la posture du héros affaibli et finalement victorieux est un bel exercice... Les vrais cow-boys ne sont pas démonstratifs.

Les images de Shanghai, transparentes, vitreuses et cybernétiques, qui mêlent en toile de fond Macao, l'enfer du jeu à Matrix Reloaded, sont à la fois somptueuses et parodiques. Et Sam Mendes est un grand artiste, qui réussit, avec Istanbul, Shanghai et Macao, à faire de ce vingt-cinquième opus de James Bond un des plus beaux films de l'année 2012. Les successeurs des producteurs des seize premiers films, qui s'appelaient Albert R. « Cu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  JAMES BOND  » est également traité dans :

JAMES BOND 007 CONTRE DOCTEUR NO, film de Terence Young

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 1 184 mots

La période dite « de la guerre froide » a vu une évolution des thèmes des romans policiers et d'espionnage où des agents secrets parcourent le monde et luttent contre le communisme pour la conquête de l'espace et la suprématie atomique. Si ces romans (notamment, en France, ceux de Jean Bruce mettant en scène OSS 117) ont suscité diverses adaptations vite oubliées, aucune n'a rencontré un succès au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-bond-007-contre-docteur-no/#i_54856

BOYD WILLIAM (1952- )

  • Écrit par 
  • François GALLIX
  •  • 940 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un réaliste postmoderne »  : […] Au fil des ans, l'écriture de Boyd a subi une évolution importante en s'enrichissant de techniques nouvelles, en se complexifiant et en abordant des thèmes essentiels comme celui de l'impossibilité de retranscrire la vérité, le rôle du hasard et de la contingence, tout en conservant le ton humoristique qui le caractérise depuis le début. Sans abandonner le réalisme, l’écrivain emprunte également a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-boyd/#i_54856

Voir aussi

Pour citer l’article

René MARX, « JAMES BOND », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-bond/