UEXKÜLL JAKOB VON (1864-1944)

Naturaliste et biologiste allemand, Jakob von Uexküll fit ses études à Heidelberg. En 1925, il fonda à Hambourg l'Institut für Umweltforschung (Institut d'étude du milieu et de l'environnement), dont il fut le directeur. Parti de l'étude des invertébrés, il s'intéressa au comportement animal en général ; la valeur de ses descriptions fait de lui un des grands précurseurs de l'éthologie contemporaine. Surtout, il a forgé deux concepts essentiels : celui d'Umwelt (le monde extérieur à un sujet en tant qu'il est pour lui un milieu) et celui, qui lui est corrélatif, d'Innenwelt (le monde intérieur). Ces concepts doivent quelque chose à la philosophie kantienne : chaque espèce vit dans un environnement unique, qui est ce qui « lui apparaît », déterminé par son organisation propre (ses « structures a priori »), par ses récepteurs sensoriels et ses effecteurs ; la capacité des récepteurs et des effecteurs détermine ce qui devient stimulus et signe pour l'animal, bref ce qu'il « perçoit » ; la somme des stimuli possibles pour l'animal est son Merkwelt et la somme de ses réponses possibles son Wirkwelt, l'ensemble constituant l'Umwelt. Ces conceptions sont exprimées dans Streifzüge durch die Umwelten von Tieren und Menschen, publié à Hambourg en 1934 (Mondes animaux et mondes humains, trad. P. Muller, 1956). Pour comprendre les animaux, il ne faut pas voir en eux des choses mais bien des sujets ; tout ce qu'un sujet perçoit devient son monde de la perception et tout ce qu'il fait son monde de l'action ; ces deux mondes forment ensemble une totalité close, le milieu, le monde vécu. Ce dernier est à distinguer de l'entourage objectif de l'animal, qui peut lui être hostile, alors que le milieu, adaptation de l'animal à l'entourage, est par définition optimal. Von Uexküll répond ainsi à une interrogation fort ancienne et presque naïve : comment les animaux voient-ils le monde (certaines planches de l'ouvrage présentent « la chambre vue par le chien », ou « une rue de village vue par une mouche ») ? Von Uexküll a un sens aigu — on est tenté de dire : proche de l'attitude d'un romancier — de la diversité des « mondes » où [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, docteur en philosophie, maître de conférences à l'université de Rennes

Classification


Autres références

«  UEXKÜLL JAKOB VON (1864-1944)  » est également traité dans :

ANIMALITÉ

  • Écrit par 
  • Florence BURGAT
  •  • 7 671 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La notion de monde animal »  : […] indissociable du contexte dans lequel il s'élabore. Aussi, l'introduction de la notion husserlienne d'intentionnalité par Jakob von Uexküll, dans les années 1930, mérite d'être soulignée : elle permet de faire valoir que dans le monde animal aussi les phénomènes sont vécus et n'apparaissent pas dans une extériorité autonome. C'est de manière […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/animalite/#i_51016

HISTOIRE DE L'ÉTHOLOGIE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Raymond CAMPAN
  •  • 992 mots

1909 Jakob von Uexküll fonde le concept d'univers subjectif, propre à chaque espèce : l'Umwelt, qui est partagé en mondes d'actions et de perceptions reliés par un monde intérieur. Ce concept sera largement exploré par l'éthologie classique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-l-ethologie-reperes-chronologiques/#i_51016

Pour citer l’article

Françoise ARMENGAUD, « UEXKÜLL JAKOB VON - (1864-1944) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jakob-von-uexkull/