GITLIS IVRY (1922-2020)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Flamboyant virtuose classique, le violoniste israélien Ivry Gitlis n’a pas craint de fréquenter le cinéma, la télévision, la chanson, le jazz et même la pop. Ce funambule anticonformiste, habité par un fort charisme, est très vite devenu un artiste populaire.

Ivry Gitlis

Photographie : Ivry Gitlis

Photographie

Par sa participation à des émissions télévisées comme Le Grand Échiquier, mais aussi par ses apparitions dans des films tels que L'Histoire d'Adèle H. (François Truffaut, 1975), Ivry Gitlis est devenu une figure familière du grand public. On le voit ici à l'occasion d'un concert donné... 

Crédits : Thierry Martinot/ Bridgeman Images

Afficher

Issu d’une famille ukrainienne qui pratique la musique, Ivry Gitlis naît le 25 août 1922 à Haïfa, ville située à l’époque en Palestine sous mandat britannique. Il entame l’étude du violon dès l’âge de cinq ans et donne, quatre ans plus tard, son premier concert à Jérusalem. Bronislaw Huberman le remarque et l’envoie poursuivre sa formation au Conservatoire de Paris sous la férule de Jules Boucherit. À l’âge de treize ans, il y décroche un 1er prix de violon. Réfugié en Angleterre pendant la Seconde Guerre mondiale, il se perfectionne successivement auprès de Carl Flesch, Georges Enesco, Jacques Thibaud et Théodore Pashkus. Candidat au concours Marguerite-Long–Jacques-Thibaud (Paris, 1951), il n’obtient, au grand scandale du public, que le 5e prix. Il donne, quelques mois plus tard dans la capitale française un récital triomphal qui lance sa carrière. Ses débuts aux États-Unis, en 1955, sont suivis de nombreuses tournées dans le monde entier. Sur un Gianbattista Roggeri de 1699, « le Hawks », puis sur un Antonio Stradivarius de 1713, « le Sancy », son tempérament fougueux l’amène à privilégier l’univers concertant plutôt que les délicats équilibres de la musique de chambre. Son goût affirmé pour les grandes partitions romantiques n’exclut en rien un vif intérêt pour les œuvres du xxe siècle. Il crée en 1971 Pièce pour Ivry, de Bruno Maderna, qui lui est dédiée, et, en 1972, Mikka de Iannis Xenakis. Son jeu, au-delà d’une technique de haute volée, montre une i [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « GITLIS IVRY - (1922-2020) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ivry-gitlis/