GODECHOT JACQUES (1907-1989)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La carrière et l'œuvre du doyen Godechot illustrent quelques-unes des vertus qui ont honoré l'universitaire français de ce siècle : dévoué à ses étudiants, vivifiant son enseignement par ses recherches et contribuant à enrichir la connaissance de notre passé, ne refusant pas les responsabilités administratives.

Comme tous ceux de sa génération, au sortir de l'agrégation, il débute dans l'enseignement secondaire, au lycée de Strasbourg ; puis il est affecté à l'École navale pour y enseigner l'histoire. Est-ce là qu'il contracte le goût des vastes horizons qui inspireront une partie de son œuvre historique ? Un séjour à la fondation Thiers lui permet d'achever la thèse de doctorat qu'il soutient en 1937 sur Les Commissaires aux armées sous le Directoire. Son intérêt pour la Révolution ne se démentira point : sans s'inféoder à l'orthodoxie qui inspire les titulaires de la chaire de Sorbonne dédiée à la période révolutionnaire, il s'imposera comme un des historiens incontestés de la période par ses travaux comme par ses responsabilités : direction des Annales historiques de la Révolution française, présidence de la Commission française et de la Commission internationale de la Révolution. Dès sa thèse perce une attention inhabituelle aux institutions qui s'affirmera dans le grand ouvrage, publié en 1952 sur Les Institutions de la France sous la Révolution et l'Empire, précieux traité qui rapproche deux points de vue ordinairement dissociés, l'approche historique et l'analyse juridique.

Les circonstances interrompent brutalement sa carrière : ses origines valent à ce patriote lorrain d'être révoqué par Vichy. La Libération le rétablit dans ses droits, il est élu en 1945 à la faculté des lettres de Toulouse. Il y fera toute sa carrière et y tiendra une place considérable. Il fut un grand professeur, forma des générations d'étudiants qui enseigneront à leur tour, suscita quantité d'études sur l'histoire de la région. La confiance et l'estime de ses pairs le portent au décanat en 1961. La tour [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : président de la Fondation nationale des sciences politiques

Classification


Autres références

«  GODECHOT JACQUES (1907-1989)  » est également traité dans :

HISTOIRE ATLANTIQUE

  • Écrit par 
  • Clément THIBAUD
  •  • 3 734 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Naissance et affirmation de l'histoire atlantique »  : […] Alors que l'essentiel des études atlanticistes s'intéressent avant tout aux sphères du social et de l'économique, les premiers travaux relevaient plutôt de l'histoire politique consacrée aux grandes révolutions de la fin du xviii e  siècle et du début du xix e  siècle. C'est Jacques Godechot, gra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-atlantique/#i_98216

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une école et ses opposants »  : […] Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, qui a vu l'État français brûler les livres de Georges Lefebvre et fêter les victimes de la Vendée, tandis que la Résistance se rattachait volontiers au nationalisme révolutionnaire, l'histoire de la Révolution française consacre les grandes figures de l'érudition militante de gauche que sont Ernest Labrousse (pour sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_98216

Pour citer l’article

René RÉMOND, « GODECHOT JACQUES - (1907-1989) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-godechot/