CALLOT JACQUES (1592-1635)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les années lorraines

La suite célèbre des Bohémiens passe parfois pour être le reflet mélancolique et picaresque du voyage de retour. Au printemps, Callot est à Nancy, où il traverse d'abord une période d'intense nostalgie. La protection du duc Henri II tarde à venir, mais, en 1623, elle se traduit par une gratification généreuse. Cette année-là, Callot contracte un mariage avantageux avec Catherine Kuttinger, originaire de la Seille, qui est aussi la région natale de La Tour. En attendant les commandes, il grave à nouveau ses meilleures œuvres florentines, les Caprices, le Massacre des Innocents, la Foire d'Impruneta, ou continue la suite des esquisses au lavis de la Grande Passion (Chatsworth), qu'il ne se risque pas à graver toutes, peut-être parce que leur « intensité dramatique exceptionnelle » (Daniel Ternois) serait trahie par la pointe.

Louis de Lorraine-Guise par Jacques Callot

Louis de Lorraine-Guise par Jacques Callot

Photographie

Louis de Lorraine-Guise par Jacques Callot (1592-1635), craie noire et lavis brun. Christie's Images, Londres. 

Crédits : Christie's Images, Bridgeman Images

Afficher

La cour brillante et fantasque du duc Charles IV lui inspire bientôt le Parterre et la Carrière de Nancy. Le Portrait du prince de Phalsbourg et le Combat à la Barrière (1627) marquent le début d'un nouvel équilibre et des travaux de grande ampleur. Peu après, appelé aux Pays-Bas par l'infante Isabel Clara Eugenia, Callot prépare l'ambitieuse représentation du Siège de Breda, qui établit sa réputation auprès des grands. Louis XIII à son tour lui commande le Siège de La Rochelle et le Siège de l'île de Ré. Callot effectue alors de fréquents séjours à Paris (1628-1629) et commence à confier l'édition de ses planches à son ami Israël Henriet.

Ses liens avec le milieu lorrain n'en sont pas moins étroits. Comme l'élite active du duché, il participe au courant de renouveau catholique animé par les franciscains et les jésuites. Il travaille volontiers avec les imprimeurs en gravant des frontispices qui sont des chefs-d'œuvre d'invention. Les Grands et les Petits Apôtres, la Vie de la Vierge, les Images de tous les saints, le Nouveau Testament témoignent d'une adhésion personnelle à une spiritualité exigeante et désignent Callot comme « artiste de la méditation » (Marc Fumaroli). Quant aux recueils d'emblèmes religieux et aux frontisp [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  CALLOT JACQUES (1592-1635)  » est également traité dans :

BOSSE ABRAHAM (1602-1676)

  • Écrit par 
  • Nathalie HEINICH
  •  • 969 mots

Appartenant à une famille calviniste de Tours, Abraham Bosse vient s'établir à Paris très jeune et, sans ses démêlés avec l'Académie, nous ne saurions que très peu de choses sur la vie de cet artisan laborieux, père de dix enfants qu'il dut élever selon ses principes de protestant doctrinaire. À vingt-sept ans, Bosse se fait connaître par la suite de La Noblesse française de l'Église , d'après Sai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abraham-bosse/#i_873

GRAVURE

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT, 
  • Michel MELOT
  •  • 8 560 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Gravures et styles »  : […] Il apparaît que les procédés de gravure peuvent se multiplier à l'infini. Cette richesse a permis à la gravure de s'adapter à tous les styles, et d'être redécouverte par les artistes à chaque époque. La Renaissance trouva dans la gravure le moyen de poser différemment les problèmes de géométrie de l'espace et de sa représentation rigoureuse. Le Strasbourgeois Schongauer fut l'un des premiers à s'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gravure/#i_873

HOFFMANN ERNST THEODOR AMADEUS (1776-1822)

  • Écrit par 
  • Michel-François DEMET, 
  • Marc VIGNAL
  •  • 1 944 mots

Dans le chapitre « Les deux pôles du monde et de l'art »  : […] Né à Königsberg, Hoffmann grandit dans un milieu cultivé où l'on reçoit beaucoup, et qui offre à l'enfant précocement éveillé l'occasion d'exercer un vif esprit critique qui se donnera plus tard libre cours dans ses œuvres souvent satiriques et humoristiques ainsi que dans ses caricatures. Après d'ennuyeuses études juridiques, il est nommé chef d'orchestre à Bamberg, puis, après l'effondrement de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-theodor-amadeus-hoffmann/#i_873

Voir aussi

Pour citer l’article

Paulette CHONÉ, « CALLOT JACQUES - (1592-1635) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-callot/