FRANÇOIS JACQUELINE (1922-2009)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La chanteuse française Jacqueline François (de son vrai nom Jacqueline Guillemautot) naît le 30 janvier 1922, à Neuilly-sur-Seine. Issue d'une famille aisée, elle apprend très tôt le piano. En rébellion contre son milieu, elle se tourne vers la chanson réaliste dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, et commence à se produire dans des cabarets, où sa voix claire, au phrasé impeccable, la conduit rapidement au succès. En 1947, Loulou Gasté, futur mari de Line Renaud, lui fait enregistrer deux de ses compositions, Gentleman et Ça n'était pas original (dont les paroles sont de Françoise Giroud). Jacques Canetti, directeur artistique de la firme discographique Polydor, et le musicien Paul Durand la convainquent d'abandonner le genre réaliste pour une chanson plus moderne, fleur bleue, imprégnée de jazz et de rythmes latins. En 1948, C'est le printemps, adaptation par Jean Sablon d'une chanson de Richard Rodgers et Oscar Hammerstein, II, It Might as Well Be Spring, lui apporte un succès qui se transforme en gloire avec Mademoiselle de Paris, de Paul Durand et Henri Contet, premier grand prix du disque. Puis c'est Trois Fois merci, de Pierre Dorsay et Michel Emer, Tu n'peux pas t'figurer, de Paul Misraki (1951), Les Lavandières du Portugal, de Roger Lucchesi et André Popp, qui est le premier microsillon sorti en France, en 1955 – et son deuxième grand prix du disque –, Qué será será et Mon Oncle (sur la musique du film éponyme de Jacques Tati). Elle devient la première millionnaire française du disque à une époque où les meilleures ventes ne dépassaient pas quelques dizaines de milliers d'exemplaires. Elle fait la connaissance du pianiste et compositeur Michel Legrand, qui est son accompagnateur lors de son récital à l'Olympia en 1954, année de la réouverture de la salle. Elle quitte Polydor pour Philips, puis elle passe aux éditions Raoul Breton (qui appartiennent aujourd'hui à Charles Aznavour), et chante Charles Trenet (La Mer) et Charles Aznavour (Sa Jeunesse, On ne sait jamais). Aux États-Unis, où elle chante pour la première fois en 1950, elle publiera douze 33-tours, ce qui constitue un record pour une chanteuse française. Elle cesse de chanter en 1984 et, oubliée, meurt à Paris le 7 mars 2009.

—  Universalis

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  FRANÇOIS JACQUELINE (1922-2009)  » est également traité dans :

ARRANGEURS DE LA CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Serge ELHAÏK
  •  • 8 002 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Années 1920-1940 : le temps des pionniers »  : […] Au début du xx e  siècle, rares sont les chefs d’orchestre-arrangeurs connus du public. Sur les disques 90 à 100-tours, puis 80-tours et 78-tours, on trouve parfois la mention « avec accompagnement d’orchestre », mais le nom du chef de la formation est rarement cité et la notion d’arrangement n’est pas vraiment évoquée. En 1925, l’invention de l’enregistrement électrique avec microphone marque un […] Lire la suite

Pour citer l’article

« FRANÇOIS JACQUELINE - (1922-2009) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jacqueline-francois/