WYSCHNEGRADSKY IVAN (1893-1979)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le compositeur français d'origine russe Ivan Wyschnegradsky naît à Saint-Pétersbourg le 16 mai (4 mai, ancien style) 1893, d'un père banquier mais aussi compositeur, et d'une mère poétesse. Il se consacre à la musique dès l'âge de dix-sept ans. Il fréquente Scriabine, dont il reçoit l'empreinte sur les plans musical et philosophique. En 1916, il vit une expérience spirituelle « d'une intensité exceptionnelle » qui sera à l'origine d'une œuvre pour grand orchestre, chœurs et récitatif, La Journée de l'existence, mais dont il devra attendre la première audition jusqu'en 1978. Le texte, signé de lui, conte l'histoire de l'évolution de la conscience dans le monde, depuis les formes primitives jusqu'à la forme finale parfaite : la « conscience cosmique » caractérisée par l'intégration des contraires (« Joie, tu es aussi douleur ; Liberté, tu es aussi nécessité ; Mort, tu es aussi vie... »).

En 1918, une seconde expérience le met face à ce qui devait orienter sa vie : l'intuition du continuum sonore. Au-delà de la division de l'intervalle de référence, l'octave, en douze intervalles égaux dans lesquels évolue la musique occidentale, il entrevoit une multiplicité de milieux sonores tempérés ultrachromatiques (selon sa propre expression) à base de micro-intervalles, parmi lesquels il fait choix de ceux qui ne l'écartent pas trop de la tradition et, en premier lieu, celui qui prend pour base le quart de ton.

Presque toute son énergie est alors mise à la réalisation d'instruments permettant une première approche concrète de ce qu'il imagine. Pour cela, il vient en France, repart à Berlin, où il rencontre le compositeur Alois Haba, qui venait de Tchécoslovaquie dans le but d'intégrer, à la musique occidentale, les intervalles comportant des quarts de ton, d'un usage courant dans les chants paysans d'Europe centrale. De leur collaboration (idée de Wyschnegradsky, réalisation de Haba) naît un piano à trois claviers dont l'un est accordé un quart de ton au-dessus de l'autre. Ivan Wyschnegradsky dispos [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : docteur ès lettres et sciences humaines, compositeur, président du Centre international de recherche musicale

Classification


Autres références

«  WYSCHNEGRADSKY IVAN (1893-1979)  » est également traité dans :

ŒUVRE D'ART TOTALE

  • Écrit par 
  • Philippe JUNOD
  •  • 8 393 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « « De la musique avant toute chose » »  : […] Ce vers célèbre de l' Art poétique (1882) de Paul Verlaine (1844-1896) nous rappelle que la musique, depuis le romantisme, jouait le rôle d'art pilote, comme l'architecture ou l'orfèvrerie au Moyen Âge, voire l'art des jardins au xviii e  siècle. Tieck, Hoffmann, Eichendorf, Schopenhauer, Walter Pater (1839-1894) ou Appia on […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvre-d-art-totale/#i_99490

ULTRACHROMATISME

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 975 mots

Le Mexicain Julián Carrillo (1875-1965), le Tchèque Alois Hába (1893-1973) et le Français d'origine russe Ivan Wyschnegradsky (1893-1979) sont, dans les années 1920, les véritables défricheurs ainsi que les premiers théoriciens de la musique ultrachromatique, caractérisée par l'emploi des micro-intervalles. C'est à Wyschnegradsky que l'on doit le vocable ultrachromatisme, signifiant « au-delà du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ultrachromatisme/#i_99490

Pour citer l’article

Jean-Étienne MARIE, « WYSCHNEGRADSKY IVAN - (1893-1979) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ivan-wyschnegradsky/