DUNCAN ISADORA (1878-1927)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La danse du futur

Fondée davantage sur sa personnalité que sur une technique précise, la danse d'Isadora Duncan s'est voulue radicalement « autre ». Elle résulte d'un mouvement spirituel intérieur. Duncan aborde la danse à partir de l'intuition, elle insiste néanmoins dans ses écrits sur le fait qu'elle n'improvise jamais sur scène. Ses danses, très inspirées par des musiques qui ne sont – au départ – pas composées pour la chorégraphie (comme les Préludes de Chopin, la Septième Symphonie de Beethoven, La Marseillaise, les Valses de Brahms, les Danses allemandes de Schubert, Iphigénie en Aulide et Iphigénie en Tauride de Gluck ou la Bacchanale de Tannhäuser de Wagner), sont soigneusement préparées dans leurs moindres détails. Elle joue sur le rythme, met en valeur le rôle de la respiration et prétend que la source de tous les mouvements humains part du plexus solaire, au niveau du diaphragme. Les gestes de Duncan sont toujours naturels, harmonieux, très fluides, entretenus par un mouvement continu et soutenu par des contraintes physiques et dynamiques (élan, arrêt, abandon ou résistance à la gravité). Élémentaires, ils sont censés traduire les remous de la nature : houle, onde, vent, tempête... Duncan pense que le danseur est l'instrument d'une maïeutique qui redécouvre la nature profonde de la vie.

Pour cela, elle dégage définitivement la danse de tout code préétabli et poursuit, même si c'est illusoire, le fantasme de retrouver une unité corps-esprit. Ainsi, elle fonde ce qui sera l'essentiel de la danse moderne : un vocabulaire chorégraphique original et personnel, le refus de la convention, et la coïncidence entre un mouvement et une intention.

Pionnière de la chorégraphie moderne, Isadora Duncan fut aussi le chantre de l'émancipation féminine. Pour elle, qui espérait « transformer la vie jusque dans ses habitudes et dans ses mœurs », danse et vie se confondent. C'est au nom de la liberté du corps que la jeune femme déclenche, dès ses débuts, l'enthousiasme ou le scandale. Danser pieds nus et vêtue d'une simple tunique de coton courte et transparente ne manquait p [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  DUNCAN ISADORA (1878-1927)  » est également traité dans :

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 645 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Isadora Duncan »  : […] Nul ne conteste que la nouvelle danse ait fait ses premiers pas aux États-Unis, pieds nus. L'influence académique y est faible en 1900 et un Français, François Delsarte, a préparé la révolution esthétique en dressant un répertoire de gestes en relation avec l'émotion. Alors survient Isadora Duncan. Le ballet classique lui semble inhumain. En révolte contre un puritanisme où elle puise aussi son é […] Lire la suite

CHORÉGRAPHIE - L'art de créer les gestes

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 3 693 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  La chorégraphie moderne et contemporaine »  : […] Le xx e  siècle va révolutionner l'idée même de ce que peut être une chorégraphie grâce à la danse moderne puis contemporaine. On attribue traditionnellement ce renouveau à deux américaines, Isadora Duncan (1877- 1927) et Loïe Fuller (1862-1928). En réalité, c'est un mouvement qui apparaît presque simultanément aux États-Unis et en Allemagne au tout début du xx e  siècle. La conception qui pré […] Lire la suite

DANSE

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT, 
  • Serge JOUHET
  •  • 5 063 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La danse théâtrale »  : […] Lorsque la danse se présente sous la forme du ballet et qu'elle devient un spectacle en Europe, la plastique prend une place considérable qui l'éloigne de ses origines magiques et religieuses. La définition qu'en donne Théophile Gautier ressortit à l'esthétique du spectateur : « La danse est l'art de montrer les formes élégantes et correctes dans diverses positions favorables au développement des […] Lire la suite

Pour citer l’article

Agnès IZRINE, « DUNCAN ISADORA - (1878-1927) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/isadora-duncan/