BERLIN IRVING (1888-1989)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Irving Berlin

Irving Berlin
Crédits : Hulton Getty

photographie

Fred Astaire et Ginger Rogers dans Le Danseur du dessus

Fred Astaire et Ginger Rogers dans Le Danseur du dessus
Crédits : John Miehle/ John Kobal Foundation/ Getty Images

photographie


Irving Berlin a suivi le parcours « classique » de nombreux juifs russes de son époque. Il naît à Mogilev, en Russie (aujourd'hui Biélorussie) le 11 mai 1888 ; fils de Moses Baline, chantre de synagogue, il est prénommé Israel : « Izzy ». Il a cinq ans quand sa famille émigre aux États-Unis, à la suite d'un pogrom, et s'installe dans un quartier pauvre de New York. Le petit Israel grandit comme il peut et gagne quelques sous en chantant dans les rues ; ce sera – presque – la gloire quand il passera en « attraction » au Pelham's Café, dans Chinatown. C'est là, nous dit José Bruyr, « qu'il écrivit sur une seule portée la musique qu'il jouait avec un doigt : certain Spring Song – accommodant en ragtime la Chanson de printemps de Mendelssohn ». En 1907 – il a dix-neuf ans –, il commence à écrire les paroles de chansons dont le pianiste du Pelham's Café, Nicholson, compose la musique ; la première est Marie from Sunny Italy. Et il trouve du même coup le nom sous lequel il deviendra universellement connu : la légende veut, en effet, qu'une erreur de typographie ait transformé Israel Baline en Irving Berlin... à moins qu'il ne s'agisse là d'une « trouvaille » de son agent de publicité.

Irving Berlin

Irving Berlin

Photographie

L'Américain d'origine russe Irving Berlin (1888-1989) enregistre dans les studios de la B.B.C., en 1946. Il crée son célèbre Alexander's Ragtime Band en 1911; suivront quelque deux mille chansons, une quinzaine de comédies musicales et soixante-dix revues. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Ce nom, en tout cas, lui portera bonheur, car il ne cessera désormais de composer, sans prétention superflue : il se dira toujours song maker plutôt que song writer, et il avouera qu'il ne savait pas lire une partition, ni jouer du piano autrement qu'en fa dièse ! Sa carrière est celle d'un self-made-man : dès 1910, il crée lui-même quelques-unes de ses œuvres dans une revue, Up and Down Broadway ; dès l'année suivante, Alexander's Ragtime Band – dont il compose cette fois et les paroles et la musique – va faire le tour du monde. Et le voilà parti pour quelque deux mille chansons, une quinzaine de comédies musicales et soixante-dix revues...

On lui reconnaît un indéniable sens du rythme, et l'habileté d'avoir su tirer parti du ragtime qui faisait fureur pendant les années f [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : licenciée ès lettres françaises, grecques et latines, producteur délégué d'émissions musicales à Radio-France

Classification

Pour citer l’article

Sylvie FÉVRIER, « BERLIN IRVING - (1888-1989) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/irving-berlin/