IRAK EL-ARABI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Expression arabe médiévale, l'Irak el-Arabi désigne la basse Mésopotamie et s'oppose à l'Irak el-Adjami (l'Irak persan), qui correspond à l'Iran occidental (l'ancienne Médie). La basse Mésopotamie constitue la partie méridionale de l'Irak actuel. Elle est entièrement dominée par la dynamique du Tigre et de l'Euphrate : à partir de la latitude de Bagdad, les deux grands fleuves coulent rapprochés l'un de l'autre, suivent un tracé indécis, changent parfois de lit, se déversent dans d'immenses lacs ou marécages avant de se rejoindre pour former le Shaṭṭ al-‘Arab ; celui-ci reçoit le Karoun descendu des montagnes d'Iran, avant de se jeter dans le golfe Persique. L'ensemble est resté longtemps sous la menace d'inondations catastrophiques provoquées par les crues ou les divagations de ces deux fleuves. Tout au long de l'histoire, il apparaît clairement que la prospérité économique et le peuplement de la région ont subi des fluctuations marquées, selon que les fleuves étaient maîtrisés et l'irrigation développée ou que les digues et les canaux étaient dans un mauvais état. Ainsi, la maîtrise progressive des eaux permit l'épanouissement des civilisations sumériennes et babyloniennes et renforça la puissance des États persans établis à la fois sur l'Irak el-Arabi et l'Irak el-Adjami. La grande inondation de 629, provoquant l'extension formidable des grands marais et affaiblissant l'occupation humaine, favorisa la conquête arabo-musulmane. Cependant, la maîtrise des eaux restait suffisante pour permettre l'épanouissement de l'Empire abbasside. Le déclin irrémédiable date de l'invasion mongole du xiiie siècle, qui désorganisa le système d'irrigation. Les nomades devinrent prépondérants et l'agriculture fut réduite à une zone discontinue de palmeraies le long des cours d'eau. Ainsi, l'occupation humaine de l'Irak el-Arabi ne porte pas la marque d'un enracinement séculaire comme dans l'Égypte nilotique : l'antagonisme e [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut de géographie du Proche et Moyen-Orient, Beyrouth

Classification


Autres références

«  IRAK EL-ARABI  » est également traité dans :

DJEBĀL

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 252 mots

Le terme de Djebāl (ou Djibāl, pluriel de l'arabe djabal , montagne ou colline) est employé par les Arabes pour désigner deux régions différentes. D'une part, ils dénomment ainsi l'ancienne Médie (Māda, Māh) qu'ils appelèrent aussi ‘Irāk ‘Adjamī, c'est-à-dire l'Irak des « barbares », par opposition à ‘Irāk ‘Arabī, le pays que les Occidentaux appellent l'Irak. Dans les polémiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/djebal/#i_49443

Pour citer l’article

Jean-Marc PROST-TOURNIER, « IRAK EL-ARABI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/irak-el-arabi/