TYNIANOV IOURI NIKOLAÏEVITCH (1894-1943)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De formation universitaire, spécialiste de l'histoire de la littérature russe du début du xixe siècle, Tynianov est d'abord un des principaux représentants de l'école formaliste, aux côtés de V. Chklovski et de B. Eichenbaum. Chercheur, enseignant, traducteur, correcteur, il donnera jusqu'en 1925 de nombreux articles consacrés à Pouchkine, à Griboïedov et à Küchelbecker, à la poésie russe du xixe et du xxe siècle. Rallié à l'Opoïaz, société pour l'étude de la langue poétique, Tynianov apporte sa contribution originale à l'élaboration de la doctrine formaliste. Considérant, comme les autres formalistes, que la littérature est constituée par un ensemble de procédés spécifiques qu'il convient d'étudier en eux-mêmes, il s'attache particulièrement à l'étude des procédés poétiques (Le Problème de la langue poétique, Problema stikhotvornogo jazyka, 1924) et à la constitution d'une théorie de l'évolution de la littérature, fondée sur la définition des différents genres et sur la lutte entre les écoles littéraires (Dostoïevsky et Gogol, 1921). Un grand nombre de ses articles seront édités, en 1929, dans le recueil Archaïstes et novateurs (Arkhaisty i novatory). Auteur de scénarios, Tynianov s'intéresse par ailleurs au cinéma.

Les attaques virulentes, dont les formalistes sont l'objet de la part de la critique marxiste officielle, empêcheront Tynianov de poursuivre ses travaux théoriques et lui créeront aussi des difficultés matérielles. À partir de 1930, il se limitera à son travail d'édition des poètes russes, dans la série La Bibliothèque du poète.

Tynianov s'est aussi consacré à la création littéraire proprement dite. Avec Le Page disgracié (Kjukhlja, 1925), roman historique qui reprend la vie du poète décembriste Küchelbecker, il commence une œuvre qui va lui assurer le succès au cours des années trente. Ses nouvelles et romans historiques recréent cette atmosphère et cette langue du début du xixe siècle qu'il avait étudiées comme historien de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud, maître assistant à l'université des langues et lettres de Grenoble

Classification


Autres références

«  TYNIANOV IOURI NIKOLAÏEVITCH (1894-1943)  » est également traité dans :

FORMALISME RUSSE

  • Écrit par 
  • Georges NIVAT
  •  • 3 392 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le mouvement des formes »  : […] Ce fut en somme la deuxième grande étape des recherches formalistes. Les premiers rôles dans cette découverte des lois de la « dynamique » littéraire revinrent à Victor Chklovski et à Iouri Tynianov. Selon Chklovski, les procédés s'usent et s'automatisent continuellement. Inlassablement, l'art s'évertue à rendre neuve notre vision : c'est le procédé de « singularisation », auquel Tolstoï eut sans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/formalisme-russe/#i_1131

RUSSE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Bernard EISENSCHITZ
  •  • 10 169 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les avant-gardes »  : […] Il n'en reste pas moins que le cinéma soviétique a été créé par des enfants terribles : de jeunes artistes d'avant-garde, soutiens enthousiastes de la révolution, souvent inspirés par le mouvement futuriste, ralliés autour de Meyerhold, de Maïakovski et du groupe « formaliste » LeL  (front gauche de l'art), sous la protection du ministre de l'Éducation Anatoli Lounatcharski, lui-même plus conserv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-russe/#i_1131

Pour citer l’article

André RADIGUET, « TYNIANOV IOURI NIKOLAÏEVITCH - (1894-1943) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/iouri-nikolaievitch-tynianov/