INVESTISSEURS INSTITUTIONNELS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Depuis le milieu des années 1980, on assiste à une « institutionnalisation » croissante de l'épargne des ménages. Cette dernière est, en effet, dans une proportion de plus en plus grande, collectée et gérée par des investisseurs institutionnels, c'est-à-dire des intermédiaires financiers non bancaires : O.P.C.V.M. (organismes de placement collectif en valeurs mobilières, regroupant les sociétés d'investissement à capital variable [sicav] et les fonds communs de placements [F.C.P.]), sociétés d'assurance, fonds de pension.

Par le volume d'épargne gérée, ces agents représentent des acteurs prépondérants sur les marchés internationaux de capitaux. L'épargne confiée aux investisseurs institutionnels a poursuivi son essor tout au long des années 1990-2010. Son encours a pratiquement triplé depuis le milieu des années 1990, pour atteindre, plus de 71 000 milliards de dollars en 2010.

Parmi les pays de l’O.C.D.E., c'est aux États-Unis, au Royaume-Uni et aux Pays-Bas que ces organismes de gestion d'épargne collective sont les plus représentés. Le volume d'épargne géré au début des années 2000 atteignait pour chacun plus de 200 p. 100 du P.I.B. Aux États-Unis comme au Royaume-Uni, l'importance des fonds de pension s'explique assez naturellement par l'existence d'un régime de retraite fondé principalement sur la capitalisation. Toutefois, le poids des O.P.C.V.M. dépasse aux États-Unis celui des fonds de pension et celui des assurances. Au Royaume-Uni, le marché de l'intermédiation financière est dominé par les assurances dont le poids dépasse celui des fonds de pension, lui-même beaucoup plus important que celui des O.P.C.V.M.

Les investisseurs institutionnels, souvent appelés les « zinzins », ont ainsi renforcé leur rôle, d'une part, sur les marchés financiers internationaux, et d'autre part, dans le gouvernement d'entreprise.

La déréglementation financière, l'évolution favorable de la fiscalité de l'épargne ainsi que l'incertitude pesant sur le financement futur des systèmes de retraite dans les pays de l'O.C.D.E. ont favorisé l'essor des investisseurs institutionnels.

Le poids financier de ces acteurs de la finance internationale, et en particulier des fonds de pension, ainsi que leurs stratégies d'investissement diffèrent significativement selon les pays.

Les fonds de pension, qui se sont développés dans le monde entier, ont pour objectif de participer au financement des retraites des ménages. Ils perçoivent des cotisations salariales et/ou patronales, les gèrent par capitalisation, et versent des prestations à leurs affiliés sous forme de rente ou de capital. On constate qu'au Royaume-Uni et aux États-Unis, pays où les fonds de pension ont été institués dès la fin du xixe siècle, la richesse financière de ces institutions a atteint des niveaux particulièrement élevés. Au Royaume-Uni, les actifs des fonds de pension s'élevaient, en 2012, à plus de 1 800 milliards de dollars (soit 88 p. 100 du P.I.B.), contre moins de 10 milliards de dollars en 1962 (14 p. 100 du P.I.B.). Des évolutions identiques s'observent aux États-Unis où les fonds de pension américains sont devenus, depuis le début des années 1980, des opérateurs financiers majeurs. Leur richesse financière, estimée en 2011 à 10 600 milliards de dollars, représente 70 p. 100 du P.I.B., contre 13 p. 100 en 1962.

Dans la plupart des pays d'Europe continentale, où la protection sociale et l'assurance-vieillesse publique sont importantes, le poids financier des fonds de pension est relativement faible, et ce particulièrement en France où ce sont surtout les O.P.C.V.M. et les sociétés d'assurance qui sont développés. Au Japon, les investisseurs institutionnels sont surtout représentés par les sociétés d'assurance. Quoi qu'il en soit, au milieu des années 2000, la part des actifs des investisseurs institutionnels dans le patrimoine financier des ménages était évaluée à plus de 60 p. 100 au Royaume-Uni, plus de 50 p. 100 aux États-Unis, un peu moins de 50 p. 100 en France, 45 p. 100 environ en Allemagne et environ 35 p. 100 en Espagne et en Italie.

Par le volume d'épargne gérée et leur politique de placement, l'ensemble de ces opérateurs financiers participent activement à l'essor des marchés de capitaux ainsi qu'à leur internationalisation. L'actuelle domination au niveau mondial de quelques grands pôles financiers [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Autres références

«  INVESTISSEURS INSTITUTIONNELS  » est également traité dans :

ASSURANCE - Évolution contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre AUDINOT, 
  • Jacques GARNIER
  • , Universalis
  •  • 5 309 mots

Dans le chapitre « Le rôle d'investisseur »  : […] Le rôle premier de l'assurance est d'apporter de la sécurité aux agents économiques. Un autre rôle, non moins important, est sa contribution au financement des investissements. Les entreprises d'assurances prennent à l'égard de leurs assurés, moyennant paiement immédiat du prix de cette garantie, des engagements qui ne se traduiront en paiement que plus tard. Aussi la saine gestion conduit-elle c […] Lire la suite

ASSURANCE - Économie de l'assurance

  • Écrit par 
  • Pierre PICARD
  •  • 5 618 mots

L'activité d'assurance trouve son origine dans la volonté des agents économiques (les individus, mais aussi les entreprises) de se protéger contre les aléas de l'existence, qu'il s'agisse de dommages aux biens (automobiles, habitations) ou aux personnes (santé, invalidité, décès), que ceux-ci aient été causés involontairement à autrui (responsabilité civile) ou à soi-même. Certaines assurances so […] Lire la suite

BOURSE - Réglementation des marchés boursiers

  • Écrit par 
  • Didier DAVYDOFF
  •  • 6 663 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'ouverture des Bourses »  : […] À la fin des années 1980 cependant, la concurrence est venue de Londres : de puissants intermédiaires financiers (souvent des banques américaines), disposant de capitaux importants, étaient en mesure d'acheter et de vendre des « blocs » d'actions à des investisseurs institutionnels, comme les fonds de pension ou les sociétés d'assurances. Or de cette époque date aussi le commencement d'un mouvem […] Lire la suite

CAISSE DES DÉPÔTS ET CONSIGNATIONS

  • Écrit par 
  • Marie-France BAUD-BABIC, 
  • Olivier MARTY
  •  • 1 096 mots

Dans le chapitre « Un investisseur de long terme procurant un appui aux politiques publiques »  : […] La fonction principale de la Caisse demeure la gestion de fonds privés requérant une protection particulière, par exemple les biens mis sous séquestre, les dépôts des notaires et de leurs clients ou des auxiliaires de justice ainsi que les fonds versés par certaines institutions publiques. C'est une activité « banque de dépôts ». L'activité « caisse centrale », elle, consiste à recueillir l'éparg […] Lire la suite

CRISES FINANCIÈRES - Instabilité financière

  • Écrit par 
  • Dominique PLIHON
  •  • 7 126 mots

Dans le chapitre « L'instabilité fondamentale des marchés financiers et les krachs boursiers »  : […] John Maynard Keynes, qui écrivait au lendemain de la grande crise de 1929, est sans doute l'économiste qui a donné l'analyse la plus éclairante de l'instabilité financière. Pour Keynes, le futur relève de l'incertitude dans nos économies. La raison principale de cette incertitude réside dans la difficulté d'effectuer des prévisions dans une situation de changement permanent dû aux fluctuations d […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - École de la régulation

  • Écrit par 
  • Benjamin CORIAT
  •  • 1 520 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La finance au cœur d'un régime nouveau d'accumulation »  : […] Au cours des années 1980 et 1990 qui, avec la globalisation des échanges et de la finance, ont vu s'affirmer des changements considérables, les théoriciens de la régulation se sont attachés à identifier et à décrire le régime d'accumulation qui a succédé au fordisme. Ces recherches ont conduit à soutenir la thèse que ce nouveau régime est « tiré par la finance ». Les investisseurs institutionne […] Lire la suite

ENTREPRISE - Les relations interentreprises

  • Écrit par 
  • Alain BIENAYMÉ
  •  • 7 622 mots

Dans le chapitre « Les relations des firmes avec les intermédiaires financiers »  : […] Les banques sont des entreprises comme les autres ; elles doivent, dans un univers concurrentiel, gérer avec profit un double risque : le risque d'illiquidité (en cas de forts retraits de dépôts) et le risque de défaut de leurs débiteurs (insolvabilité, retards de paiements). Les entreprises qui sollicitent des crédits présentent des risques variant avec leur dimension, leurs spécialités et la co […] Lire la suite

FINANCE DE MARCHÉ - Marchés de capitaux

  • Écrit par 
  • Christian de BOISSIEU
  •  • 7 775 mots

Dans le chapitre « Les investisseurs »  : […] Les investisseurs sont d'abord les agents à capacité de financement, donc ceux qui dégagent une épargne positive et qui se préoccupent légitimement de la placer et d'en obtenir un rendement. On pense bien sûr aux particuliers, résidents ou non-résidents. Mais la notion d'investisseur va au-delà, puisqu'elle inclut aussi les placements effectués par les entreprises (même si globalement celles-ci a […] Lire la suite

FONDS DE PENSION

  • Écrit par 
  • Najat EL MEKKAOUI DE FREITAS
  •  • 3 125 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Un phénomène mondial »  : […] Au Royaume-Uni, aux États-Unis, en Allemagne, au Canada, au Danemark, en Irlande, aux Pays-Bas au Japon, en Australie, en Finlande, en Suède et en Suisse, les entreprises ont institué ces régimes pour leurs employés. Ces fonds se sont aussi développés dans les pays émergents (Malaisie, Mexique, Chili, Hongrie, par exemple). La France constitue de ce point de vue une exception : le développement de […] Lire la suite

FONDS SOUVERAINS

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 2 503 mots

Dans le chapitre « Définition et enjeux »  : […] Les fonds souverains ( sovereign wealth funds ) sont des fonds d'investissement publics détenus par des États qui cherchent à faire fructifier leur épargne nationale sans avoir à rendre compte à des actionnaires. Sur la scène internationale, ils ont pris le relais des puissants investisseurs privés ( private equity fund ) qui tout au long des années 1980 et 1990 rachetèrent par emprunts des millie […] Lire la suite

Les derniers événements

23 février 2018 Chine – Allemagne. Prise de participation de Geely dans Daimler.

Les investisseurs institutionnels possèdent 71,2 p. 100 du capital de Daimler, le fonds souverain du Koweït 6,8 p. 100, le constructeur français Renault-Nissan 3,1 p. 100. […] Lire la suite

3 décembre 2007 France. Vente de 2,5 p. 100 du capital d'E.D.F.

L'État cède aux investisseurs institutionnels un peu moins de 2,5 p. 100 du capital d'E.D.F pour un montant d'environ 3,7 milliards d'euros, en vue de financer son plan d'investissements en faveur des universités. L'opération, qui n'est pas un succès, s'est déroulée dans un contexte de baisse du titre, le président Sarkozy ayant annoncé la cession dans son entretien télévisé du 29 novembre. […] Lire la suite

1er juin 2006 Chine. Introduction en Bourse de la Bank of China

Les particuliers et les investisseurs institutionnels de Chine continentale n'y participent pas.  […] Lire la suite

17-21 novembre 2005 France. Ouverture du capital d'E.D.F.

Au terme de l'opération, les investisseurs institutionnels et les particuliers détiennent 10,8 p. 100 du capital d'E.D.F. et les salariés, 1,9 p. 100.  […] Lire la suite

24-28 octobre 2005 France. Annonce de la privatisation partielle d'E.D.F

100 restants aux investisseurs institutionnels.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Najat EL MEKKAOUI DE FREITAS, « INVESTISSEURS INSTITUTIONNELS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/investisseurs-institutionnels/