Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

INTERACTIONNISME SYMBOLIQUE

Les usages français de l’interactionnisme symbolique

Cette ouverture est particulièrement observable en Europe. Lorsque l'interactionnisme symbolique gagne la France, il va s'agglomérer à d'autres ensembles flous importés des États-Unis dans le dernier quart du xxe siècle, comme l'ethnométhodologie, « Goffman et l'école de Chicago », la sociologie de la « construction sociale de la réalité » d'Alfred Schütz, Peter Berger et Thomas Luckmann. Il fédère les oppositions à Émile Durkheim et Pierre Bourdieu ; il permet de rêver à une sociologie légère, gracieuse, apparemment aisée à conduire, telle qu'elle s'illustre dans l'œuvre de Howard Becker, notamment à travers les grands chantiers collectifs, tels Boys in White (1961, avec Blanche Geer, Everett Hughes, Anselm Strauss).

Or c'est notamment par le relais de ceux-ci que l'on pourrait commencer à évaluer la créativité effective de l'interactionnisme symbolique, qui semble avoir été particulièrement fécond en sociologie de la déviance et en sociologie de la médecine, deux domaines où Becker s'est particulièrement illustré. Mais il faudrait citer aussi les apports d'autres sociologues, également inspirés de près ou de loin par le programme interactionniste, par exemple David Matza en sociologie de la déviance (Delinquency and Drift, 1964) ou Strauss en sociologie de la médecine (Awareness of Dying, 1965). Il faudrait ensuite montrer comment un Strauss, par exemple, a inspiré à son tour des chercheurs européens, comme Isabelle Baszanger (Douleur et médecine, la fin d'un oubli, 1995) ou Marie Ménoret (Les Temps du cancer, 1999). On parviendrait ainsi à montrer que la grande chaîne de l'interactionnisme symbolique s'étend intellectuellement de la fin du xixe au début du xxie siècle.

— Yves WINKIN

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur des Universités, École normale supérieure de lettres et sciences humaines, Lyon

Classification

Pour citer cet article

Yves WINKIN. INTERACTIONNISME SYMBOLIQUE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ACTION COLLECTIVE

    • Écrit par Éric LETONTURIER
    • 1 466 mots
    ...d'individus exposés, tels les lecteurs de journaux, à des stimuli identiques. En voyant dans l'influence davantage une interaction qu'une impression , Herbert Blumer (Symbolic Interactionism, 1969) délivre l'individu de son inscription passive dans les mouvements collectifs pour faire de l'action conjointe...
  • CHICAGO ÉCOLE DE, sociologie

    • Écrit par Christian TOPALOV
    • 3 219 mots
    ...Pendant ce temps, se développait un mouvement intellectuel qui allait aboutir à une troisième naissance de l'école de Chicago avec le recours à l'étiquette « interactionnisme symbolique », avancée par Blumer en 1937 pour désigner les travaux qui privilégiaient le rôle des relations interindividuelles dans...
  • CONTRÔLE SOCIAL

    • Écrit par Philippe ROBERT
    • 1 317 mots

    Au sens propre, contrôle, contraction de « contre-rôle », désigne un registre tenu en double à fin de vérification ; d'où le sens figuré de surveillance. Quant au syntagme « contrôle social », sa signification est d'autant plus délicate à préciser qu'il a en plusieurs fois changé et que sa fortune a...

  • GOFFMAN ERVING (1922-1982)

    • Écrit par Claude DUBAR
    • 1 611 mots
    En 1957, Herbert Blumer, l'inventeur de l'expression « interactionnisme symbolique », l'invite à venir le rejoindre au département de sociologie de l'université de Berkeley. Il y est engagé comme professeur-assistant-visiteur, puis est titularisé professeur en 1962. Il y reste jusqu'en 1968, date à...
  • Afficher les 9 références

Voir aussi